Cas syntaxique et cas sémantique en français et en japonais

par Yoshiyuki Kinouchi

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Nicolas Ruwet.

Soutenue en 1999

à Paris 8 .


  • Résumé

    Le but de cette etude est d'emettre des critiques et de suggerer des revisions sur des propositions deja existantes en grammaire relationnelle au sujet de quelques constructions et de chercher des perspectives nouvelles. Nous avons examine la structure du passif, du causatif et d'autres constructions en francais et en japonais. Nous avons voulu presenter la validite de la description basee sur larelation grammaticale, et en meme temps la limite des champs d'application de ce type de description. Et en les comparant avec celles donnees dans le cadre de la theorie generative et de la theorie fonctionnaliste, nous avons essaye de montrer l'utilite de combiner des regles strictement syntaxiques avec d'autres qui relevent d'elements semantiques. Nous avons montre que les champs d'application des regles basees strictement sur les relations grammaticales devaient etre beaucoup plus limites qu'on ne l'avait propose dans les etudes precedentes. Il y a des cas comme le fait du controle sur les syntagmes adverbiaux ou on est oblige de tenir compte des contraintes d'ordre discursif. Et meme en ce qui concerne les constructions passives et causatives en francais et en japonais, nous avons vu,malgre leur ressemblance superficielle, qu'il fallait postuler des regles specifiques aussi bien syntaxiques que semantiques pour rendre compte de ces structures dans chaque langue. Nous avons aussi montre que l'introduction d'une transformation lexicale pour le passif etait necessaire et qu'elle simplifiait considerablement la visibilite de structure des constructions non seulement du passif, mais aussi du causatif. Pour le causatif francais, nous considerons qu'il n'y a qu'une seule regle d'union clausale, et que les constructions causatives en francais ont deux structures initiales complementaires selon le caractere syntaxique du predicat (inaccusatif ou inergatif) de la completive. Pour le causatif japonais, nous avons propose de distinguer egalement deux structures causatives selon le caractere agentif du proces exprime dans la completive. Mais le choix entre les deux depend beaucoup plus du contexte qu'en francais. Et pour le causatif japonais, nous pensons qu'il n'est pas necessaire de postuler l'union clausale.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 301 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.: f. 285-293

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : W 1215 TH
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.