Polymorphisme du gene du recepteur de la vitamine d et remodelage osseux chez l'enfant pendant les premieres annees de croissance

par MARGUERITE ZANZE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Marthe Rizk.

Soutenue en 1999

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Notre objectif a ete de rechercher l'implication des variations alleliques du gene du recepteur de la vitamine d (vdr) dans le remodelage du squelette et leurs relations avec l'expression des genes du collagene de type i pendant les premieres annees de croissance chez l'enfant. Le genotype du vdr a ete determine par le polymorphisme de taille de fragments de restriction au site de l'endonuclease bsm i ; les alleles b et b correspondent respectivement a l'absence et a la presence de ce site. En fonction de ce genotype, nous avons analyse le taux des arn messagers (arnm) du collagene de type i et de la stromelysine-1 exprimes, sous influence ou non de 1,25-dihydroxyvitamine d3 et d'acide ascorbique, dans des cultures primaires de fibroblastes de peau d'enfants. Dans une population d'enfants sains ages de moins de trois ans, nous avons evalue la synthese osseuse a l'aide des concentrations seriques du peptide carboxy-terminal d'extension du procollagene de type i (picp) et la resorption osseuse, a l'aide des concentrations urinaires des fragments derives de la matrice osseuse : la pyridinoline, la deoxypyridinoline et leurs peptides porteurs (telopeptides amino-terminal, ntx et carboxy-terminal, ctx). Aucune difference n'est significative, en fonction du genotype, dans le taux des differents arnm provenant des fibroblastes traites ou non par la 1,25-dihydroxyvitamine d3 (10 nm). En revanche, l'acide ascorbique a 50 mg/l a un effet stimulateur de l'arnm du collagene qui semble plus eleve pour le genotype bb compare au bb et au bb. Les enfants homozygotes bb presentent des concentrations des differents marqueurs de resorption osseuse de 21 a 32% et de 41 a 50% plus elevees que les homozygotes bb et les heterozygotes bb respectivement. Aucune interaction significative ni du sexe ni de l'age n'est observee dans cette relation. Chez les heterozygotes bb, les filles presentent des concentrations de ntx et de ctx de 31 a 43% plus elevees que les garcons. Chez les homozygotes bb, les garcons presentent des concentrations de picp de 17% plus elevees que les filles. Nos resultats suggerent que le remodelage du squelette, independamment du sexe, est influence par le genotype du vdr pendant les premieres annees de croissance chez l'enfant.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 185 p.
  • Annexes : 336 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.