Clonage et caracterisation de genes impliques dans la proliferation des neuroblastes du telencephale un strategie d'identification de genes candidats a des maladies du neurodeveloppement

par CHRISTOPHE MAS

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de MICHEL SIMONNEAU.

Soutenue en 1999

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Pour identifier des genes impliques dans les maladies complexes du neurodeveloppement, nous avons developpe une strategie qui associe une hypothese physiopathologique a une localisation candidate. En effet, des genes impliques dans la proliferation des neuroblastes du telencephale ont ete trouves mutes chez des enfants atteints de retard mental. On peut donc faire l'hypothese que des genes qui s'expriment lors de cette etape critique pourraient etre a l'origine d'autres maladies du neurodeveloppement telles que la microcephalie ou l'autisme. Afin d'isoler ce type de genes, nous avons par la technique du differential display (dd-rt pcr) compare les populations d'arn messagers du telencephale de la souris a 10. 5 jours embryonnaires a celles de regions plus posterieure du cerveau embryonnaire qui sont plus avancees dans leur differenciation. Par une approche de genomique comparative inter-especes, les orthologues humains des genes ainsi isoles ont ete identifies, puis positionnes sur le genome au moyen des informations issues de collections d'hybrides somatiques d'irradiation. Cette strategie nous a permis d'isoler 50 cdnas candidats dont 42% correspondent a des genes connus et 58% representent de nouveaux genes. Parmi ces genes, cinq sont positionnes sur des locus lies au retard mental et deux sur des locus de susceptibilite a l'autisme. Ainsi, nous avons clone un nouveau gene, rp42, localise au niveau du locus 6q16 du chromosome 6. Par cette approche, nous avons egalement clone le gene codant une immunophiline, fkbp25, dont nous avons pu montrer, sur un modele de culture in vitro de cellules souches de telencephale, que la localisation intra-cellulaire change avec la differenciation neuronale. Enfin, ce travail a permis de cloner un nouveau gene, nibrin. L'orthologue humain de ce gene est a l'origine du syndrome de nijmegen, une maladie autosomale recessive qui se caracterise par une immunodeficience et dont le phenotype neurologique est une microcephalie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 148 p.
  • Annexes : 254 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.