Evaluation des effets des analogues de la somatostatine au niveau du tube digestif, en situations physiologique et pathologique

par ASSIA LAMRANI GHAOUTI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Stanislas Chaussade.

Soutenue en 1999

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le lanreotide et l'octreotide sont deux octapeptides de synthese, analogues de la somatostatine. Ils exercent de multiples actions inhibitrices au niveau du systeme nerveux et du tube digestif. Nous nous sommes interesses aux effets de ces analogues sur les fonctions digestives, en situations physiologique et pathologique. Dans un premier temps, nous avons evalue les effets de l'administration, par voie iv, du lanreotide sur les parametres de la digestion d'un repas, en utilisant la methode de la perfusion intestinale, chez l'homme. Le lanreotide supprime les secretions acide gastrique et biliopancreatiques, diminue l'absorption duodenale des hydrates de carbone et des triglycerides et ralentit le transit duodeno-coecal. Dans un deuxieme temps, nous avons explore les effets d'un traitement preventif par l'octreotide sur le modele d'inflammation chronique colique induite par l'instillation intraluminale de l'acide trinitrobenzene sulfonique (tnbs), chez le rat. La colite a ete caracterisee, dans les 3 premiers jours apres son induction, par la production des mediateurs de l'inflammation, notamment celle du tnf (facteur necrosant les tumeurs), par une etude histologique et par immunohistochimie du tnf. Nous avons mis en evidence une production precoce (des 8 heures) et importante de tnf par les cellules musculaires lisses du colon, qui precede l'afflux des macrophages et la production d'interferon (ifn) et d'interleukine 1 (il1). L'octreotide previent la production precoce du tnf par les cellules residentes coliques puis inhibe celle d'il1 et d'ifn. Ces resultats indiquent que la puissance d'action inhibitrice des analogues de la somatostatine, evaluee in vivo, s'exerce non seulement sur les secretions physiologiques digestives mais aussi sur la capacite du colon a produire des cytokines pro-inflammatoires, en faisant intervenir, au moins partiellement, les cellules musculaires lisses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 266 p.
  • Annexes : 516 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.