Distribution d'energie globale et spectrophotometrie des galaxies de champs distants

par HECTOR FLORES

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de François Hammer.

Soutenue en 1999

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La premiere partie de ma these a consiste a l'analyse detaillee de l'evolution spectrophotometrique des galaxies de champ (cfrs). Puis, en analysant l'ensemble des donnees, j'ai produit deux catalogues : le premier avec les mesures des raies, et le second avec les mesures des indices du continu. Les principaux resultats de cette analyse montrent une forte augmentation de la densite de luminosite de oii3727a avec le redshift (facteur 8 entre z = 0. 4 et z = 0. 9), ce qui implique qu'une grande fraction (>50%) des etoiles presentes aujourd'hui ont ete formees de z = 1 a z = 0. Nous avons egalement montre que la calibration de la sfr a partir de la luminosite oii3727a obtenue par kennicutt (1992) pour un echantillon local, ne peut etre utilisee a haut redshift. Directement applique aux galaxies lointaines, cela impliquerait une sur-production d'etoiles par rapport aux densites locales. L'obtention des spectres jusqu'a 1m au cfht (observations realisees en mai 1996) a permis d'etendre a plus grand redshift les conclusions precedentes. Ces analyses ont montre, jusqu'a z = 0. 5, que la luminosite oii3727a et la luminosite uv sont tres affectees par la poussiere et cela de la meme facon. L'analyse de donnees iso a pris presque les deux dernieres annees de ma these. J'ai realise une des premieres reductions de donnees pour des sources avec un bas signal sur bruit (s/n4), et j'ai construit des tests de vraisemblance des sources detectees avec isocam a 7 et 15 m sur le champs cfrs 1415+52. Leurs equivalents optiques ont des proprietes differentes des galaxies selectionnees dans la bande i du cfrs, via leurs couleurs (i k) a b, leurs proprietes radio, leurs activite du noyaux et leurs proprietes spectrophotometriques. Notre analyse nous a permis de faire une evaluation de la formation stellaire qui est cachee par la poussiere et observable seulement dans l'infrarouge de z = 0 a z = 1. Nous avons trouve que la sfr totale est 2. 9 fois plus grande que la sfr estimee par les flux uv (flores et al. 1999b).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 210 p.
  • Annexes : 151 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1999
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Meudon). Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : (043) FLO
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.