Etudes des bases moleculaires de l'expression erythroide des genes de groupe sanguin gpb et kel

par VALERIE CAMARA CLAYETTE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de Olivier Bertrand.

Soutenue en 1999

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Dans cette etude nous avons cherche a analyser les mecanismes transcriptionnels qui regissent l'expression erythroide de certains genes de groupes sanguins. Les glycophorines a et b, qui portent respectivement les antigenes de groupe sanguin mn et ss, ainsi que la proteine kell, ont ete choisies comme modeles experimentaux. Les sequences en cis et les facteurs en trans impliques dans la regulation transcriptionnelle des genes gpb et kel ont ete caracterises. Nous avons ainsi demontre que la regulation de l'expression specifiquement erythroide des glycophorines a et b necessitait deux represseurs ubiquitaires. Le premier correspond a l'heterodimere ku70/80 et se fixe sur un motif wgatar, et le second est un facteur bhlh nomme arbitrairement facteur u ; ce dernier fixe une boite e et n'est pas encore identifie. L'analyse du promoteur kel a montre (1) que ce meme motif wgatar, reconnu par le facteur ku70/80, regule negativement le niveau d'expression du promoteur et (2) que la sequence boite e est differente de celle du promoteur gpb et ne fixe pas le facteur u. En revanche, un deuxieme represseur fixant un motif riche en gc a ete mis en evidence. Nous avons montre que l'association des deux represseurs, ku70/80 et sp1/sp3 ne permet pas d'eteindre completement ce gene dans les tissus non erythroides. Au total, notre analyse nous a permis de definir un modele de regulation transcriptionnel des genes gpa et gpb, dans lequel deux represseurs, les facteurs ku et u, inhibent la transcription du gene dans les tissus non erythroides, et ou hgata-1, un facteur erythroide, deplace le facteur ku par competition et leve cette repression dans les tissus erythroides. Enfin, nous avons demontre que l'expression du promoteur kel n'est pas specifiquement erythroide. En accord avec ces resultats nous avons montre que la proteine kell est exprimee dans des cellules non erythroides, en particulier les cellules folliculaires dendritiques et les cellules de sertoli du testicule.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 201 p.
  • Annexes : 354 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.