Prevalence et caracterisation clinique des surdites dues a une atteinte du gene de la connexine 26

par Françoise Denoyelle

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Gilbert Béréziat.

Soutenue en 1999

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La surdite de perception atteint un enfant sur 1000 a la naissance. On estimait jusqu'a ces dernieres annees qu'environ un tiers des surdites de l'enfant etait de cause environnementale, un tiers etait de cause genetique cliniquement reconnue, et un tiers etaient des cas sporadiques sans cause retrouvee. Les formes genetiques etaient reconnues soit par l'integration de la surdite dans un syndrome polypathologique genetique (30% de ces formes), soit par l'existence d'une surdite familiale non syndromique (70%) se transmettant alors majoritairement (80%) sur un mode autosomique recessif (formes dfnb). Lorsque nous avons commence ce travail, 29 genes de surdite non syndromiques avaient ete localises sur les chromosomes humains et le gene correspondant est identifie pour 4 d'entre eux, parmi lesquels le gene de la connexine26 (cx26) pour dfnb1. Rien n'etait connu de la prevalence ou des caracteristiques de l'atteinte de l'oreille interne de ces differentes formes genetiques. Au cours de ce travail, nous avons tout d'abord montre par une etude multicentrique chez 65 familles vivant principalement en france, tunisie, nouvelle-zelande, et royaume-uni, que les mutations de cx26 etaient en cause dans la moitie des surdites congenitales dfnb. De plus, une des mutations de ce gene, 30delg, representait 70% des mutations detectees, et au vu de la prevalence des formes dfnb, on pouvait considerer cette mutation 30delg comme une des mutations pathogenes humaines plus frequentes. Pour caracteriser cette forme majoritaire, nous avons mene une etude prospective sur le territoire francais chez 140 enfants sourds : la caracterisation clinique et radiologique de l'atteinte de l'oreille interne couplee a la recherche de mutations de cx26 a permis de determiner le phenotype de dfnb1, de confirmer la prevalence de dfnb1 parmi les surdites congenitales dfnb en france (51%), et de montrer une prevalence elevee de dfnb1 dans le groupe des cas sporadiques de surdite congenitale (31%), permettant de deduire que la majorite des surdites congenitales de cause inconnue etait des formes genetiques autosomiques recessives. Enfin, nous avons montre qu'une mutation particuliere de cx26, w44c, etait responsable de la forme autosomique dominante de surdite dfna3.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 152 p.
  • Annexes : 277 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.