Physiopharmacologie des opioides chez le rat mononeuropathique : etudes comportementales et immunodetection de la proteine c-fos au niveau spinal

par GWENAELLE CATHELINE

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Jean-Marie Besson.

Soutenue en 1999

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les travaux de ce memoire portent sur les effets antinociceptifs d'opioides sur un modele experimental de douleur neuropathique (constriction moderee du nerf sciatique). En utilisant comme test nociceptif la mesure du seuil de vocalisation induite par la pression de la patte, nous avons mis en evidence : _ les effets antinociceptifs d'agonistes des recepteurs opioides mu, delta et kappa. _ une tolerance a la morphine, une tolerance croisee avec les agonistes delta, et une absence de tolerance croisee avec un agoniste kappa. _ que la morphine et un agoniste kappa administres par voie systemique agissent en partie au niveau de recepteurs opioides mu ou kappa peripheriques situes au niveau de la patte operee. Afin de correler ces resultats comportementaux a des modifications d'activite neuronale, nous avons etudie l'expression spinale de la proteine c-fos (marqueur indirect) sur ce modele de neuropathie. _ l'absence de marquage fos spontane ne plaide pas en faveur de la presence de douleur spontanee chez ces rats neuropathiques. _ differentes stimulations nociceptives (thermique, mecanique et chimique) induisent une expression de fos. Neanmoins, aucune difference n'est observee entre les rat intacts et neuropathiques. _ en revanche, des stimulations tactiles legeres n'induisant pas d'expression de fos chez des rats intacts, provoquent une augmentation de son expression chez des rats neuropathiques. Ces modifications refletent vraisemblablement l'allodynie mecanique observee en comportement sur ce modele. _ la morphine diminue l'expression de fos induite par une stimulation chaude nociceptive, mais est sans effet sur celle induite par les stimulations tactiles legeres. Ces resultats ne sont pas sans rappeler certaines donnees cliniques sur l'absence d'efficacite de la morphine sur certaines douleurs neuropathiques. Ces donnees illustrent la complexite physiopharmacologique des douleurs neuropathiques.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 360 p.
  • Annexes : 999 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.