De l'exploitation du lait au Néolithique moyen en Europe tempérée : examen des modalités de sevrage des bovins, par l'analyse isotopique des ossements archéologiques

par Marie Balasse

Thèse de doctorat en Environnement et archéologie

Sous la direction de André Mariotti.

Soutenue en 1999

à Paris 6 .


  • Résumé

    La question de l'exploitation du lait par les communautés pastorales néolithiques est débattue de longue date. Les restes osseux constituent des indices indirects de l'exploitation du lait : l'étude de la structure démographique des troupeaux domestiques renseigne sur la finalité de l'élevage. L'hypothèse a été avancée que chez les bovins, la production de lait s'accompagne du maintien en vie des veaux jusqu'en fin de lactation : la présence de ceux-ci serait, chez les races bovines primitives, nécessaire à ce que la vache consente à donner son lait. Cette idée semble appuyée par la mise en évidence, en contextes néolithiques, d'un pic d'abattage de jeunes bovins de la classe d'âge 6-12 mois. La vérification de cette hypothèse passe par celle des deux points suivants : (1) ces jeunes ont été abattus au moment du sevrage ; (2) ces jeunes sont essentiellement des mâles, les femelles étant gardées en vie en comme laitières potentielles. La détermination du sexe des jeunes bovins a été tentée par une étude d'ADN ancien qui s'est soldée par une impossibilité d'amplifier l'ADN archéologique. L'étude des modalités du sevrage des bovins néolithiques a été menée par des analyses isotopiques des tissus osseux (os, dentine, email). Dans un premier temps, un travail d'expérimentation a été accompli sur un matériel osseux de bovins actuels issus d'un élevage contrôle, qui a permis une meilleure connaissance des modalités de l'enregistrement du signal isotopique (compositions isotopiques en azote, carbone et oxygène) du sevrage dans les os et les dents. Les protocoles définis ont ensuite été appliqués a du matériel archéologique de trois sites néolithiques du bassin parisien. L'étude a montré que le pic d'abattage de bovins observe sur le site de Bercy (paris, néolithique moyen) englobe bien des individus abattus au moment du sevrage. Ceci conforte l'hypothèse de l'exploitation du lait sur ce site.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (169 p.- LXIV)
  • Annexes : Bibliogr. p. 153-169

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque d'anatomie comparée.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH. 403
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1999

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 99 PA06 6032
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.