Dynamique des populations lymphocytaires b

par Fabien Agenès

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de ANTONIO FREITAS.

Soutenue en 1999

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Nous avons realise des chimeres de moelle osseuse dont le taux de lymphopoiese etait controle. Nous avons constate qu'un tiers de la production physiologique de cellules pre-b suffit pour assurer la production et le renouvellement de toutes les populations lymphocytaires b peripheriques. Le taux de production de lymphocytes b est constant et independant du nombre de cellules b peripheriques. Il n'y a donc pas de controle en retour des compartiments peripheriques sur le taux de production medullaire. L'importance de certaines ressources consommables indispensables aux cellules definit la taille des populations peripheriques, meme si la production de cellules b est limitee dans la moelle osseuse. Enfin, il semble que le controle homeostatique des populations b activees se fasse de facon autonome par rapport au controle homeostatique des populations b au repos. Grace aux parabioses, nous avons confirme ces resultats et nous avons pu montrer que les plasmocytes spleniques sont renouveles plus lentement que les cellules b au repos et qu'ils persistent in situ. Nous avons egalement etudie la persistance de cellules b transferees dans des hotes immunodeficients, en presence ou en absence de production medullaire. Les cellules b matures injectees sont rapidement activees et secretent des anticorps naturels. Ces cellules sont presentes dans la zone marginale de la rate et semblent etre particulierement adaptees a cette niche ecologique. En effet, elles ne sont pas ou tres lentement remplacees par des cellules b peripheriques contenues dans un second inoculum ou des cellules neoformees provenant de la moelle osseuse. Les cellules b activees de la rate sont capables de reguler l'entree des cellules b neoformees dans les compartiments peripheriques et leur differenciation terminale. Les cellules b matures ne s'accumulent dans les organes lymphoides secondaires que lorsque ce compartiment de cellules b activees a atteint sa taille physiologique. L'ensemble de nos resultats nous amene a proposer un modele de developpement du systeme immunitaire : les cellules b generees tot au cours de l'ontogenie sont activees par les ressources disponibles chez le nouveau-ne. De par leur repertoire et leur selection precoce, elles sont adaptees a leur niche ecologique et persistent chez l'adulte.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 168 p.
  • Annexes : 308 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1999
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.