Dosage immuno-enzymatique des alloanticorps anti-érythrocytaires au cours de l'immunisation fœto-maternelle application aux anticorps anti-D (RH1rh1) et anti-K (KEL1) chez la femme enceinte

par Abdellah Ahaded

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la matière

Sous la direction de Patrick Lambin.

Soutenue en 1999

à Paris 5 .

Le président du jury était Yves Goussault.

Le jury était composé de Patrick Lambin, Yves Goussault, Jean-Luc Wautier, Dominique Blanchard, Philippe Rouger, Yves Brossard.

Les rapporteurs étaient Jean-Luc Wautier, Dominique Blanchard.


  • Résumé

    La maladie hémolytique du nouveau-né (MHNN) est provoquée par des igg anti-érythrocytaires d'origine maternelle. Ces igg sont le plus souvent diriges contre l'antigene d (rh1). Les MHNN causées par les igg anti-k (kel1) sont moins fréquentes mais souvent très sévères. Le taux des igg maternels est un paramètre important pour apprécier la gravite d'une MHNN. Une méthode Elisa originale a été mise au point (article 1). Elle permet le dosage en valeur absolue des igg et des sous-classes d'igg anti-d. Cette méthode a été appliquée à l'étude des sérums de femmes enceintes et des préparations d'anti-d (articles 1 et 2). La concentration moyenne des igg anti-d dans le sérum de 14 femmes enceintes est de 2,0 g/ml dont 61,8% sont des igg1 et 26,9% des igg3. Le pourcentage d'igg1 peut varier de 92,9% a 8,6%, et inversement celui des igg3 de 86,4% à 2,5%. La concentration moyenne des igg anti-d dans le sérum de 15 sujets volontairement immunises est de 19,8 g/ml dont 79,3% sont des igg1 et 18,1% des igg3. Le pourcentage des igg1 et des igg3 anti-d varie dans les mêmes proportions que dans les sérums de femmes enceintes. Dix préparations d'igg anti-d utilisées pour la prévention de la MHNN ont été analysées. La concentration moyenne de ces préparations est de 50,5 g/ml d'anti-d dont 12,7% sont des igg3. Enfin, nous avons calibré le contenu en igg anti-d de la préparation de référence internationale 68/419. Pour le dosage des igg anti-k nous avons mis au point une méthode différente (article 3). Elle a été appliquée à l'étude de 8 cas sévères de MHNN. La concentration des igg maternels est comprise entre 1 et 4 g/ml dont 98% sont des igg1. Nous avons pu montrer que de faibles concentrations d'ac anti-k peuvent être responsables de MHNN sévères. En conclusion, l'ensemble des travaux présentes dans cette thèse contribue à une meilleure évaluation quantitative des ac anti-d et anti-k responsables de LA MHNN.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (201 f.)
  • Notes : Avis du jury non réceptionné. Pas de reproduction
  • Annexes : Bibliogr. f. 163-200

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque Saints-Pères Sciences (Paris). Service commun de la documentation. Bibliothèque Saints-Pères Sciences.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.