Les instituteurs en crise : analyse sociologique

par Christiane Camana

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Michèle Métoudi.

Soutenue en 1999

à Paris 5 .


  • Résumé

    La phase de remise en question et/ou la crise de l'instituteur s'inscrit au fil de la trajectoire professionnelle enseignante que Michael Huberman a décrite dans la vie des enseignants. L'objet de recherche montre la différence entre la phase de remise en question : un simple bilan de compétences et la crise présentant des troubles plus ou moins graves ainsi définis par Michael Huberman. La phase de remise en question et/ou la crise est ce moment particulier ou l'agent se sent enferme dans l'école : l'enseignant souffre ; il n'est plus en phase avec ses collègues. Un dysfonctionnement synchronique, une solitude, un délitement engendré par un secret social spécifient ce moment. Il ne sent plus sa légitimité. L'étude est conduite à travers quatre cas : quatre instituteurs montrent un processus de pensée modifiant les pratiques sociales. Ce processus s'inscrit dans la durée et conduit à une déstructuration et une restructuration des pratiques quotidiennes. Deux fonctionnements inverses du processus sont en œuvre selon que l'agent appartienne à un milieu social dominant ou domine ; leur différence est mise à jour. Le problème de connexion de la position sociale originelle de l'enseignant dans l'espace social et la position sociale donnée par le métier est un espace propice à la crise : croisement du champ social et du sous-champ scolaire. La crise est un moment particulier de prise de conscience ou l'agent va changer ses pratiques pédagogiques sur un mode de fonctionnement ancien et/ou amender des pratiques sociales sans lien avec son milieu social d'origine duquel il s'affranchit pour opter vers le << style de vie >> de l'enseignant. Le travail souterrain, larve du processus permet un travail de recomposition puis d'émergence de nouvelles pratiques sociales étudiées au cours de cette recherche. En sortie de crise, l'enseignant s'est reconstruit une légitimité : une reconnaissance sociale rendant plus forte son identité professionnelle ; gagnant en réflexivité, il retrouve le bonheur d'exercer le métier d'instituteur.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. en 3 tomes (882 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 582-617

Où se trouve cette thèse ?