Gestion des relations interpersonnelles en milieu confiné

par Karine Weiss

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Gabriel Moser.

Soutenue en 1999

à Paris 5 .

Le président du jury était Michel Morin.

Le jury était composé de Michel Morin, Jean-Claude Deschamps, Serban Ionescu, Jean Rivolier.


  • Résumé

    Les situations d'isolement et de confinement reflètent l'interaction complexe entre de nombreuses variables, et en particulier physiques et sociales, les sujets subissant d'une part l'isolement par rapport au monde habituel, et d'autre part la promiscuité à travers la présence continue d'autrui. Par conséquent, les comportements relationnels sont susceptibles de révéler un certain nombre de réactions liées à l'adaptation à ce type de situation. Afin d'identifier ces effets des contraintes situationnelles sur les comportements affiliatifs, une observation systématique a été effectuée, d'une part pendant un hivernage en antarctique, et d'autre part au cours d'une expérience de simulation des effets de l'apesanteur, ayant nécessité l'alitement continu de huit sujets pendant 42 jours (ESA/CNES). Dans les deux cas, l'observation des comportements a été complétée par des relevés permettant de connaitre la perception de la situation par les sujets (journal de bord, questionnaire). La première situation a permis d'étudier la formation des groupes d'affinités et leur évolution tout au long de la période d'isolement. Avec la seconde recherche, dans laquelle quatre dyades de sujets ont été préétablies, l'importance des relations a été mise en évidence par une régulation interpersonnelle à travers un effet de + contagion comportementale, s'exprimant par des styles comportementaux communs aux sujets partageant une chambre. Cette contagion, ainsi qu'une + évaluation relative ; de la situation marquent l'importance de la comparaison sociale, émotionnelle et instrumentale, au sein de chaque dyade. Dans les deux cas, l'étude de l'évolution des comportements et des évaluations permet de définir d'une part une phase d'apprentissage face à la nouveauté de la situation, et d'autre part un moment critique qui apparait aux trois-quarts de la période d'isolement.

  • Titre traduit

    Interpersonal relationships in isolation and confinement


  • Résumé

    Isolation and confinement are linked to a complex interaction between many factors, and especially physical and social ones. Subjects have to cope with social and physical isolation from their usual world. In the same time, they must face the promiscuity through the continue presence of others. Consequently, relational behaviours can reveal adaptation reactions in this kind of situation. A systematic observation has been made in two confined environments in order to identify these affiliative effects: on one hand during an antarctic wintering over, and on the other hand during an ESA/CNES experiment of weightlessness simulation. In this last one, eight subjects had to stay during 42 days in bed, in a head-down tilt position. In the two cases, the observation of interpersonal behaviours has been completed by verbal indicators of the situation's perception by the subjects (diary, questionnaires). The first situation allowed to study the construction of affiliative groups and their evolution during the isolation period. With the second research, in which dyads were artificially constituted before the beginning of the experiment, the importance of social relationships can be seen with an interpersonal regulation through an effect of "behavioural contagion", expressed by a common behavioural style in each dyad. This contagion, as well as a "relative evaluation" of the situation show the importance of the emotional or goal-oriented social comparison. In the two cases, it was possible to define on one hand a learning stage during which subjects could cope with the unusual situation, and on the other hand a negative stage corresponding to the "third-quarter phenomenon".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (413 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 319-350

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 2403
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.