Stratégies de réparation de la moelle épinière lésée, chez l'animal et chez l'homme

par Luc Bauchet

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Jean-Claude Horvat.

Soutenue en 1999

à Paris 5 .


  • Résumé

    Objectifs : Nos travaux s'inscrivent dans la recherche de solutions thérapeutiques destinées à traiter ou à pallier les déficits causés par les lésions médullaires ; ils ont aussi pour ambition de contribuer à l'étude de la plasticité du système nerveux mammalien. Après un rappel des différentes stratégies de réparation de la moelle épinière lésée, actuellement mises en œuvre en France et à l'étranger, nous exposons nos recherches, consistant en une double approche, expérimentale (2 séries réalisées chez le rat adulte), et clinique (2 séries conduites chez le patient dont la moelle épinière est lésée). Après une introduction résumant l'épidémiologie et la symptomatologie des lésions médulaires humaines et rappelant quelques notions de base d'anatomie et de physiologie, nous tentons d'expliciter la physiopathologie des lésions médullaires traumatiques. Une revue de la littérature à propos des stratégies de réparation de la moelle épinière lésée est ensuite exposée : prévention (dont la neuroprotection), régénération (divers procédés dont les greffes, la thérapie génique, etc. ), utilisation de la moelle épinière sous lésionnelle (greffe, stimulation entraînement, etc. ), utilisation des structures nerveuses et/ou musculaires sous lésionnelles (stimulation radiculaire, nerveuse périphérique, musculaire). Série expérimentale nʿ1. Chez le rat adulte, nous avons développé un modèle de reconnexion moelle épinière-muscle squelettique dénervé, au moyen d'un greffon de nerf périphérique (GNP) autologue. En utilisant des marqueurs axonaux rétrogrades, notre étude histologique qualitative, en microscopie optique et en microscopie électronique, a montré que : 1/ tous les neurones régénérants des axones dans le GNP sont revêtus d'une couverture synaptique apparemment comparable qualitativement à celle de neurones médullaires témoins (rat adulte intact, non lésé) ; 2/ certains de ces neurones montrent une couverture synaptique comportant des boutons synaptiques de type C (présence d'une citerne sous synaptique), caractéristique des motoneurones alpha. Série expérimentale n°2. Chez le rat adulte, nous avons déterminé le nombre de neurones sensoriels primaires contenus in situ dans les ganglions rachidiens (DRGs) cervicaux C4, C5, C6: respectivement 7508+-299; 6825+-950; 6858+-923. Nous avons ensuite transplanté le DRG C5 autologue dans le nerf pérnier, après avoir sectionné et ligaturé ses extrémités proximales et distales. Notre étude quantitative a montré que 1381+-507, soit +- 7%̀ neurones sensoriels primaires survivent un mois après la transplantation. De plus, par une étude en double marquage, nous estimons que 23% (de 18,6 à 28,8%) des neurones survivants ont présenté une repousse axonale bidirectionnelle, c'est à dire dans les deux directions opposées du segment de nerf périphérique. Cette expérimentation en tous points originale, a été réitérée en transplantant des DRGs foetaux (stade E14). Nous avons constaté que le taux de survie neuronale est plus faible (entre 0 et 359 neurones survivants par ganglion transplanté) mais que la proportion de neurones effectuant une repousse axonale bidirectionnelle est peu différente (28%). Etude clinique n°1 Nous rapportons notre expérience de la stimulation des racines sacrées antérieures couplée à la rhizotomie sacrée postérieure chez 20 patients à la moelle épinière lésée. Avec un recul moyen de 4,5 ans, 90% des patients utilisent exclusivement la stimulation pour uriner, et par ailleurs, 90% sont parfaitement continents. La capacité vésicale moyenne est multipliée par 2,5. Me volume résiduel est divisé par 3. Le nombre d'infections urinaires diminue significativement. La fonction rénale est préservée. Les complications sont rares. Nous discutons les méthodes neurochirurgicales visant à rétablir les fonctions vésicales chez le patient para ou tétraplégique. Etude clinique n°2. Nous essayons la méthodologie chirurgicale mise en oeuvre chez 18 patients atteints de sclérose latérale amyotrophique traités par injection intrathécale d'un facteur neurotrophique : le BDNF (Brain Derived Neurotrophic Factor). Nous discutons le rôle des différents facteurs de croissance, et exposons les perspectives thérapeutiques dans le traitement de cette maladie neuro dégénérative. Enfin, nous présentons brièvement les progrès réalisés dans la prise en charge médico-chirurgicale des patients paraplégiques ainsi que les perspectives thérapeutiques des lésions médullaires humaines.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (267 p.; non paginé)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 269-307 (vol. 1)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Médecine-Unité pédagogique médicale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : WL 400 BAU
  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque médicale Cochin-Port Royal (Paris). Service commun de la documentation. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 1999 / 15
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.