Jean-Baptiste Morin (1677-1745) : compositeur français

par François Turellier

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Édith Weber.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    La thèse retrace la biographie de ce compositeur. Elle établit ensuite son corpus et présente l'analyse de ses œuvres. Nous en transcrivons deux. Le catalogue décrit les exemplaires existant en France. Cet inventaire des recueils et des œuvres est assorti d'une localisation des exemplaires imprimés ou gravés qui sont à l'étranger. Une généalogie et une chronologie terminent la thèse. Nous commençons par décrire les milieux dans lesquels Morin vécut et définissons sa place. Formé dans la maitrise d'une église d'Orléans, cite janséniste, il s'installa, vers 1698, à Paris, où il fut d'abord attaché à Jean Serré de Rieux, parlementaire, poète et amateur de musique, surtout italienne. Devenu également ordinaire du duc d'Orléans (le futur régent, aux goûts semblables), Morin publia. En 1719, après quatre années obscures, peut-être dues aux nouvelles préoccupations du prince ou à des persécutions religieuses, il entra encore au service de la fille du régent, devenue abbesse de Chelles, à 19 km de paris. Elle était musicienne et janséniste. Apres qu'elle eut démissionné, en 1731, Morin resta proche de personnes qu'il avait connues à Chelles. Il continua à produire, parfois avec Serré de Rieux. On lui doit des petits motets. Il resta célèbre pour avoir été un des tout premiers créateurs de la cantate française, peut-être le premier. Sa notoriété atteignit un sommet avec le divertissement la chasse du cerf. Il chercha à unir les styles français et italien, dans le motet comme dans la cantate, créée a l'imitation de la cantate profane italienne. La basse continue soutient, généralement, un ou deux chanteurs et parfois un ou deux violons concertants (ou flutes). La cantate enchaine souvent trois récitatifs et trois airs, da capo, mais aussi binaires à la française. Chez lui, la polyphonie tient une assez grande place. Figuralisme et agréments se côtoient. La conduite de la basse peut être originale. Ses dernières cantates et ses deux divertissements doivent plus au style français.

  • Titre traduit

    Jean-Baptiste Morin (1677-1745) : French composer


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 938 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 625 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 780 TUR jea T.1
  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 780 TUR jea T.2
  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 780 TUR jea T.3
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4683
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4237
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.