La critique de la modernité dans les écrits de Siegfried Kracauer

par Olivier Agard

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Gilbert Merlio.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le présent travail s'efforce de dégager la cohérence des écrits d'apparence disparate du journaliste, sociologue et romancier Siegfried Kracauer. L'accent est plus particulièrement mis sur l'habitus intellectuel de Kracauer et sur les transferts entre littérature et sciences sociales dont son œuvre, qui est abordée d'un point de vue d'histoire intellectuelle, est le lieu. Les liens qui le rattachent à l'ethnographie urbaine de l'école de Chicago, à la microsociologie d'Erving Goffman, à la philosophie des formes symboliques de Cassirer et de Panofsky, à l'histoire de l'art d'Aby Warburg, sont analysés, ainsi que ce qui le rapproche et le sépare de l'école de Francfort ou de Walter Benjamin. Les enjeux du différend avec l'école de Francfort sont précisés à partir du texte perdu sur la propagande (1938) dont il a été possible de reconstituer en partie le contenu. Fortement marque au départ par la sociologie de la culture des années 1900, et la kulturkritik (en particulier celle de Georg Simmel), Kracauer évolue vers une herméneutique des contenus culturels de la modernité (la propagande, le cinéma et la photographie, l'architecture, la ville), qui comporte une forte dimension empirique, et qui témoigne de ses qualités d' « observateur participant ». Tout en partageant avec Warburg ou Panofsky le sentiment d'une crise normative, qui rend la modernite incapable de produire de nouvelles formes symboliques, Kracauer est plus ambivalent : il met toujours en valeur le contrecoup positif de cette crise, c'est-à-dire les valeurs de « mobilité » et d'étrangeté, et la capacité de la modernité à inventer un jour une nouvelle normativité. C'est ce que laissent paraitre ses romans Genêt et Georg ainsi que son rapport à la judéité : contre les logiques identitaires, Kracauer prend le parti de l'exil permanent, dont la figure d'Ahasvérus, le juif errant, est l'emblème.

  • Titre traduit

    The critique of modernity in the writings of Siegfried Kracauer


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par CNRS éd. à Paris

Kracauer : le chiffonnier mélancolique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 532 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 999 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4665

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 4831
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par CNRS éd. à Paris

Informations

  • Sous le titre : Kracauer : le chiffonnier mélancolique
  • Dans la collection : De l'Allemagne
  • Détails : 1 vol. (390 p.)
  • ISBN : 978-2-271-06814-9
  • Annexes : Bibliogr. p. [355]-380. Notes bibliogr.. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.