Traduit de l'allemand : la traduction en français d'oeuvres en prose de langue allemande entre l'Aufklarung et le romantisme (1754-1814)

par Frédéric Weinmann

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Rémy Colombat.

Soutenue en 2000

à Paris 4 .


  • Résumé

    En partant des acquis récents de la recherche sur la traduction et sur les transferts interculturels, on voit que l'essor de la production littéraire de langue allemande entre le milieu du XVIIIe et le début du XIXe siècle donne lieu à un important marche de la traduction dès avant la parution de l'ouvrage de Mme de Staël, de l’Allemagne : quatre-vingt-dix prosateurs de langue allemande sont traduits entre 1754 et 1814. Les professionnels de l’édition se concentrent sur les grands succès contemporains de la librairie allemande, qui sont rapidement importes et font parfois l'objet d'une forte concurrence. Sans constituer une profession à part entière, la traduction de l'allemand en français permet ainsi à environ deux cents auteurs, pour la plupart francophones, de se faire les intermédiaires entre les écrivains de langue allemande et le public de langue française. La transposition des ouvrages en prose répond à cette époque à différentes ambitions : la pratique de « l'imitation », qui garde un statut autonome et une pleine légitimité jusqu'au début du XIXe siècle, coexiste avec d'autres formes d'adaptation, désignées alors par les termes de « version » et de « traduction ». L'analyse stylistique de plusieurs ouvrages montre que seule la « traduction libre » se rapproche de l'imitation, mais que la « traduction » à proprement parler offre en revanche une version intégrale, très éloignée du concept caricatural des « belles infidèles ».

  • Titre traduit

    Translated from german : the translation into French of works written in prose in the German language between Aufklarung and romantism (1754-1814)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 663 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 747 ref.

Où se trouve cette thèse ?