Miroirs de la culture et images de soi : du portrait au "portrait imaginaire" chez Walter Pater

par Martine-Marie Lambert

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Alain Jumeau.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Qu'est-ce qu'un « portrait imaginaire « ? Je mets l'expression entre guillemets parce qu'elle ne désigne pas seulement le recueil des Imaginary portraits de 1887. Elle permet de définir un ensemble d'œuvres de fiction, que Pater a écrites entre 1878 et 1894. S'inspirant du « portrait imaginaire » en peinture, Pater redonne au portrait une place noble dans la hiérarchie des genres. Le portrait peut prendre d'autres formes, en particulier celle de la maison, qui est une extension de la personne. Elle est l'image de son tempérament et de la phase de culture qu'il incarne. Pour montrer l'évolution du zeitgeist, Pater s'inspire des vestiges du passé. Les images funéraires reprennent vie, sous sa plume, dans un nouveau portrait, celui d'un personnage dont le génie permet de comprendre l'essence de la culture. Dans sa fiction comme dans ses essais critiques, Pater s'inspire d'œuvres d'art, peintures, sculptures ou monuments. Il marie le texte et l'image. Quand il part de sources historiques, le discours sur l'art et sur l'histoire demeure, mais Pater recréé aussi le passé dans un tableau vivant et colore. En outre, les « portraits imaginaires » ont tendance à la fragmentation. Le texte se constitue en journal, pour accueillir une confession voilée où peut se lire le développement infini de l'esprit. Cependant, Pater cherche aussi à composer un portrait, c'est-à-dire à rassembler les différentes phases du parcours spirituel en une image unique. Le « portrait imaginaire » a une double dimension psychologique et culturelle, que l'on retrouve dans les œuvres des « héritiers » de Pater, Vernon Lee, Maurice Hewlett, John Synge, Arthur Symons et Ernest Dowson.

  • Titre traduit

    Mirrors of culture and images of self : from the portrait to the "imaginary portrait" in Walter Pater's


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 651 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 274 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4602

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 3679
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.