Evolution d'un paysage urbain : la rue à Sedan (1700-1878)

par Gérald Dardart

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Jean-Pierre Poussou.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Sedan, entre 1700 et 1878, était une cite enserrée, corsetée, asphyxiée dans ses remparts. Sa population souffrait de la promiscuité : 17 habitants par maison à la veille de la Révolution, parfois davantage, lorsque la soldatesque indisciplinée était logée chez l'habitant ! Au siècle des Lumières, la ville comptait 712 maisons, pas une de plus, pour accueillir les centaines d'ouvriers embauchés par les nombreuses manufactures textiles, innovantes, dynamiques, prospères. . . Les rues, parées de façades à l'architecture remarquable, statues, calvaires, fontaines monumentales, inscriptions votives, enseignes en fer forge, réverbères, horloges, adaptaient leur décor aux aspirations et aux modes, même si leurs infrastructures évoluaient peu. Les rues, à usage collectif, prolongeaient le type de relations sociales nées dans les villages du plat-pays. L'osmose habitat-travail-atelier renforçait les liens, les échanges, toutes les formes de communication. Les rues très insalubres, malodorantes, humides et sombres, constituaient le décor de la comédie humaine : émois populaires, révoltes de tondeux exploités. Entrées royales, parades militaires, processions catholiques, promenades des riches drapiers, s'y confrontaient, s'y succédaient, s'y confondaient les rues sont davantage que des lieux où s'ordonnent les résidences, espaces polysémiques qui constituent le support de multiples activités, synthèse complète de la vie urbaine, elles sont le miroir de la société et résument ainsi l'existence des hommes qui les traversent.

  • Titre traduit

    Evolution of an urban environment : the street in Sedan (1700-1878)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 540 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 500 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4550
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2380

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 3666
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.