Du scientifique, du juridique et du religieux : vers une analyse de l'opposition à l'État (Renaissance, XVIIIe et XXe siècles)

par Laurence Montifroy

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pierre Brunel.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Notre travail se concentre sur l'étude des mutations de l'état, étude poursuivie à travers trois époques distinctes et fondamentales. Ce sont respectivement la Renaissance, le XVIIIe et le XXe siècles. La période de départ de l'étude marque la création de la souveraineté de l'état moderne; l'étape centrale, celle de la transformation effective du type de gouvernement (passation à l'état de type moderne), tandis que l'étape finale offre une ouverture quant aux transformations en cours. Ces trois étapes expliquent le choix chronologique. La réflexion philosophique s'oriente en suivant le mouvement du balancier qui oscille entre deux mouvements antithétiques : le système traditionnel, hiérarchisé, dont le gouvernement est maintenu en place par un double pouvoir, spirituel et temporel, qui se complètent et se justifient l'un l'autre. A l'opposé, les origines sociales et politiques de la société moderne consistent en une base commune, égalitaire, dont le gouvernement s'appuie sur un code de loi issu lui aussi de cette formulation. Ces mutations sont spécifiées sous les trois parties que nous venons de mentionner. La Renaissance est caractérisée par l'opposition scientifique à l'état. Il s'agit d'analyser en seconde lecture les buts poursuivis par les savants lors des recherches scientifiques : décider pour un nouveau type d'état, l'état moderne, sans double pouvoir. Le XVIIIe siècle, caractérisé par l'opposition juridique à l'état, met en place la constitution moderne (volonté de pouvoir aux mains d'un groupe et non plus d'un seul). Le courant d'opposition religieux (traditionalisme) du XXe siècle remet en cause les changements en soulignant les vides de la société contemporaine. Ce mouvement controversé a pour effet de souligner les erreurs et les dogmes des mutations, tout en étant lui-même utopique (peu réalisable).

  • Titre traduit

    Science, law and religion : towards an analysis of the opposition to the State (Renaissance, 18th and 20th centuries)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 312 p.
  • Notes : Thèse non reproduite
  • Annexes : 207 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4347
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.