Logique et langage chez le premier wittgenstein : une lecture du tractarus logico-philosophicus a la lumiere des oeuvres de frege et de russell

par SEBASTIEN GAUDON

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Christiane Chauviré.

Soutenue en 1999

à Paris 1 .


  • Résumé

    Les oeuvres de frege et de russell constituent le contexte dans lequel s'insere la reflexion du premier wittgenstein ; c'est donc a partir de la pensee des deux logicistes que nous tentons de degager la structure du tractatus. Nous soutenons en premier lieu que l'idee d'une essentielle bipolarite de la proposition est la reprise d'une intuition que russell n'a jamais su veritablement developpee. La bipolarite a une importance positive capitale dans l'oeuvre du premier wittgenstein : c'est elle qui permet de resoudre la question de l'assertion, de renouveler la theorie de la molecularite, et de refonder les conceptions de la verite et de l'inference logique. Mais la these selon laquelle toute proposition est essentiellement vraie-fausse a egalement une importance negative fondamentale : elle interdit toute tentative visant a faire dependre le sens d'une proposition, de la verite d'une autre proposition. Ainsi, la theorie de la bipolarite rend necessaire une nouvelle conception, d'inspiration fregeenne, du constituant propositionnel ; elle conduit egalement a une critique des theories russelliennes du jugement. En second lieu, nous soutenons qu'il y a, dans le tractatus, en plus d'une theorie de la logique, une theorie du langage. A partir d'une lecture de on denoting, nous cherchons a montrer que wittgenstein elabore une nouvelle conception, anti-fregeenne, du symbolisme, selon laquelle une expression peut avoir la meme multiplicite que ce qu'elle exprime, sans pour autant refleter cette multiplicite dans son signe. Cette theorie de l'expression permet de donner un sens nonpsychologique (non russellien) au concept d'analyse. Elle rend egalement intelligible ce que wittgenstein dit sur la generalite, et permet de donner un contenu a la distinction tractatuseenne entre logique et mathematiques. Enfin, la nouvelle theorie du symbole nous donne les moyens de comprendre la caracterisation wittgensteinienne de la philosophie comme clarification de nos modes d'expression.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par J. Vrin à Paris

Logique et langage : études sur le premier Wittgenstein


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 604 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 332 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par J. Vrin à Paris

Informations

  • Sous le titre : Logique et langage : études sur le premier Wittgenstein
  • Dans la collection : Analyse et philosophie
  • Détails : 1 vol. (274 p.)
  • ISBN : 2-7116-1553-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [265]-272. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.