Communautes villageoises neolithiques des dhars tichitt et oualata (mauritanie)

par Sylvie Amblard-Pison

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Roger Joussaume.

Soutenue en 1999

à Paris 1 .


  • Résumé

    En mauritanie sud-orientale, dans la region du hodh, des centaines de villages neolithiques aux murs de pierres seches ont ete construits sur le rebord et les pentes des dhars (falaises) de tichitt et de oualata. Grace a un systeme hydrologique original lie a la presence de la falaise, cette region a constitue, entre 4000 et 2000 ans bp, une zone refuge pour les populations d'un sahara meridionalailleurs trop aride. Ces villages forment un ensemble exceptionnel dont l'uniformite, tres nette au niveau des techniques architecturales, se retrouve aussi dans l'outillage lithique, les decors et formes des ceramiques et les manifestations artistiques. Ils sont constitues de concessions, aires d'occupation familiale delimitees par des murs epais, isolees ou regroupees en ilots separes par des voies de circulation. La cour de la concession renferme maisons et greniers sur pilotis et un important mobilier archeologique ou ceramique et materiel de broyage abondent. Divers elements attestent la sedentarite de ces populations qui pratiquaient l'elevage et cultivaient le mil en des espaces amenages (champs et jardins construits). Le dynamisme de ces communautes villageoises est souligne par le caractere evolutif du village. L'association de pratiques agricoles et de nombreux vestiges de stockage plaide en faveur d'une prise en charge par ces communautes de la gestion de leur environnement limite par les phenomenes naturels. Dans la region, l'absence de vestiges d'occupation humaine dans la premiere moitie de l'holocene, malgre un milieu naturel plus favorable, conduit a envisager, pour l'instant, une origine exterieure de ces populations. Leur depart apparait surtout lie a l'impossibilite du milieu naturel de repondre a leurs besoins. En comparant avec les premiers villages construits d'egypte et du proche-orient, l'auteur pose le probleme de la genese meme de ces habitats construits en pierre.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (865 f)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 468 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2365
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.