Ecrire sur l'eau : le passage de l'ordre au desordre dans l'art visuel de john cage

par Ulrike Kasper

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Jean-Claude Lebensztejn.

Soutenue en 1999

à Paris 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Pendant trente ans de sa vie, le compositeur americain, john cage, a realise toute une serie d'oeuvres visuelles : dessins, aquarelles et gravures. Ces oeuvres concues a l'aide des operations de hasard du yi-king, evoluent en parallele avec sa musique. Elles s'inspirent de la philosophie orientale comme par exemple du bouddhisme zen et du taoisme, mais aussi de la religion iudeo-chretienne. Ainsi, sa demarche unifie l'experimentation et la spiritualite. Son art visuel et sa musique se ressemblent dans leur aspiration a l'infini, embrassant le plein et le vide, le ying et le yang, comme les oppositions de la vie meme. En effet, cage transcende les ordres culturels en se servant du hasard et de l'indetermination pour acceder a une forme de langage universel. Ce dernier le mene au plus proche de la nature et de ses origines, c'est-a-dire au silence et au vide et, peut-etre, au spirituel

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 396 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 362 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2387
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.