Le scriptorium de la couture au Mans au XIe et XIIe siècles

par Caroline Brunie

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Maylis Baylé.

Soutenue en 1999

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le scriptorium de la couture aux XIe et XIIe siècles compte aujourd'hui neuf manuscrits conservés à la bibliothèque municipale du Mans (Le Mans, mss. 214, 217, 227, 261 (t. I et II), 228, 216), à la bibliothèque nationale de Paris (ms. Lat. 2325) et à la bibliothèque vaticane de Rome (reg. Lat. Mss. 113 et 1044). Tous sont décorés d'initiales ornées ou historiées. Le dessin, trace à l'encre brune, reste souvent en réserve. Par contre, les fonds des initiales sont fréquemment cloisonnés de bleu, de vert, de rouge et de jaune. Une vingtaine d'artistes ont enlumine ces volumes. Cependant, l'un d'entre eux est intervenu dans six manuscrits sur neuf; le ms. 217 lui revient même entièrement. Il a été surnommé artiste principal ; de la couture. Les sources de son répertoire décoratif, son style artistique, de même que celui de ses collaborateurs, opèrent une synthèse entre les apports normands, angevins et limousins. Le graphisme des artistes manceaux témoigne de nombreuses particularités : ligne expressive, contours mous ; trace naturaliste. Il peut toutefois s'apparenter à certains manuscrits normands (Jumièges, Sées). La datation des volumes de la couture admet la fin du XIe siècle au début du XIIe. Ce jalon chronologique est de plus confirme par des comparaisons stylistiques entre les manuscrits des provinces alentours et l'étude paléographique du scriptorium. Enfin, la couture a été confrontée aux scriptoria du monastère Saint-Vincent (Le Mans, mss. 10, 15, 20) et du chapitre de la cathédrale Saint-Julien (BN, ms. N à 1. 2659 et New York, glazier g 17). La prédominance de la couture peut ainsi être envisagée sur ses voisins les plus proches, sachant toutefois que Saint-Vincent est daté du milieu du XIe siècle et le chapitre de la cathédrale de la seconde moitié du XIIe. L'étude des manuscrits du monastère de la couture confirme l'importance de son scriptorium et sa place dans l'enluminure du moyen âge.

  • Titre traduit

    The couture scriptorium at Mans in the eleventh and twelfth centuries


  • Résumé

    The couture scriptorium of the eleventh and twelfth centuries is composed of nine manuscripts held in the mans municipal library, (Le Mans, mss. 214. 217, 227, 261 (t. I and II), 228, 216), the bibliothèque nationale in Paris (ms. Lat. 2325) and at the Vatican library in Rome (reg. Lat. Mss. 113 and 1044). They are all decorated with ornate initials or are historiated. The outline is drawn with brown ink, and its interior is often left blank. However, the bottom of the initials is frequently decorated in blue, red and yellow. More than twenty artists illuminate the volumes. One of them, known as the "main artist" of the couture, intervenes in six out of nine manuscripts, and is the sole artist of ms 217. The sources of his decorative repertoire, artistic style (and even those of his "collaborators"), are a syntheses of norman, angevin and limousin contributions. The graphics of the artists from Le Mans display numerous particularities: expressive lines, soft contours and naturalism. They may, however, belong to norman manuscripts (jumieges, sees). The composition dates of the couture volumes has been judged to range from the end of the eleventh to the beginning of the twelfth centuries. This has been confirmed by a stylistic comparison of manuscripts composed in surrounding areas, as well as a palaeographical study of the scriptorium itself. The couture has been compared to the scriptoria of Saint Vincent (Le Mans, mss. 10,15,20) and the Saint Julien chapter (BN, ms. N a 1. 2659 and New York, glazier g 17). The influence of the couture is present in the works of its neighbours, given that Saint Vincent dates back to the middle of the eleventh century and the cathedral chapter, to the second half of the twelfth century. This study of the manuscripts from the couture monastery confirms the importance of its scriptorium, as well as its place in the illuminations of the middle ages.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (477 p.)
  • Notes : Thèse non reproduite
  • Annexes : 112 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.