Rome et la societe provinciale du peleponese sous le haut-empire : (31 avant j.c-235 apres j.c)

par Christine Hoët-Van Cauwenberghe

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Michel Christol.

Soutenue en 1999

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le peloponnese, acropole de la grece selon strabon, faisait partie de la province romaine d'achaie, dont la gestion fut attribuee en 27 av. J. -c. Au senat romain. La conquete de la grece remontait a 146 av. J. -c. , date a laquelle corinthe fut detruite par les romains. L'integration a l'imperium romanum fut parachevee sous l'empire, mais le peloponnese conserva bien des specificites, dont un attachement au principe de liberte des grecs. Cette liberte fut accordee par l'empereur neron a l'ensemble de la grece, mais rapidement annulee par son successeur. Ensuite, hadrien tenta de rassembler tous les grecs dans le cadre du panhellenion. Trois colonies modifierent le paysage de la peninsule. L'une d'entre elles, corinthe, fut la capitale de la province. Des notables grecs de la province y firent carriere et s'engagerent ensuite au service de l'empire. Les elites grecques furent maintenues par rome et sparte eut une place privilegiee dans les rapports avec le pouvoir central. Les cites libres demeurerent assez nombreuses dans le peloponnese et la vie civique fut particulierement dynamique durant le haut-empire. Les liens personnels avec l'empereur furent fondamentaux. Le patronage des claudii fut determinant pour l'acces a la citoyennete romaine des notables locaux, qui y accederent massivement sous les julio-claudiens. Le mouvement d'octroi fut ensuite ralenti jusqu'a la concession generale sous caracalla. Le culte imperial, marque par les pratiques hellenistiques et manifestation de la loyaute des provinciaux, fut dynamique au plan municipal. Le culte imperial federal fut prefere a un culte provincial, difficile a creer et a maintenir. Les romains n'influencerent pas les peloponnesiens en matiere de religion si ce n'est en intervenant pour la restauration des cultes traditionnels grecs. L'action d'auguste, puis celle d'hadrien furent fondamentales. Cette derniere accompagna et amplifia le mouvement de la seconde sophistique.

  • Titre traduit

    Rome and the provincial society in peloponnesus under the early empire (31bc-235 ad)


  • Résumé

    Peloponnesus, the acropolis of greece according to strabo, was part of the roman province achaia, the management of which was allocated in 27 bc to the roman senate. The conquest of greek went back to 146 bc, when corinth was destroyed by romans. The integration into imperium romanum was completed under the empire, but peloponnesus retained many specificities, included its attachment to the greek principle of liberty. This one was granted the entire greece by nero, but swiftly revoked by his successor. Later, hadrian tried to gather all the greeks in the framework of panhellenion. Three colonies modified the landscape of the peninsula. One of them, corinth, was the capital city of the province and got involved later in serving the empire. The greek elites were maintained by rome and sparta was favoured in its relations with the central authority. Free cities remained quite numerous in peloponnesus and the civic life was really lively during the early empire. Personal ties with the emperor were essential. Claudii's patronage was vital for local notables to obtain the roman citizenship, they got in great numbers under the julio-claudians. This procedure for granting was them slowered until the general concession under caracalla. The imperial cult, marked by hellenistic practices, was lively at the municipal level. The federal imperial cult overtook the provincial cult, uneasy to set up and maintain. Romans didn't hang over the peloponnians in other religious matters, except by intervening on the restoration of traditional greek cults. Augustus', then hadrian's actions were essential. Hadrian backed up and extended the movement of second sophistic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol., 701 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 706 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2901
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 3575
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.