Deficits publics-taux d'interet-taux de change : une tentative de depassement de la controverse des annees 80

par Jean-Paul Mestrot

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de William Marois.

Soutenue en 1999

à Paris 1 .


  • Résumé

    L'objet de cette these est de determiner si l'integration financiere internationale peut bloquer l'effet d'eviction interne et, ainsi, accroitre l'autonomie de la politique budgetaire. Les conclusions theoriques sont bien connues mais elles donnent lieu a de nombreuses controverses empiriques. Notre but est donc ici de determiner si l'integration financiere remplace la hausse des taux d'interet par l'appreciation de la monnaie domestique. En outre, pour etudier l'interet de l'integration financiere pour le financement public, nous devons evaluer les nouveaux canaux de transmission de l'impact des deficits publics crees par les flux de capitaux. Nous montrons que le financement externe des deficits publics ne permet pas de bloquer la relation entre le deficit budgetaire et le taux d'interet pour deux raisons. D'une part, la relance budgetaire finit par mettre en peril les objectifs de la politique monetaire. La banque centrale est donc obligee de relever les taux d'interet a court terme. En outre, les innovations touchant les deficits publics creent une volatilite des variables financieres qui provoque l'apparition de primes de risque. Deux autres facteurs limitent l'interet de l'integration financiere internationale quant a l'autonomie de la politique budgetaire. D'une part, la politique budgetaire possede un objectif de solde courant qui contraint les evolutions des deficits publics. D'autre part, l'appreciation de la monnaie nationale semble provoquer une reduction significative de la consommation et, dans certains pays, une baisse du taux d'investissement.

  • Titre traduit

    Public deficits-interest rates-exchange rates : an attempt to go beyond the 80s controversy


  • Résumé

    The purpose of this thesis is to establish whether the financial integration can stop the internal, crowdingout effect and, so, whether the autonomy of the budget policy can be increased in the seven major countries. The theorical conclusions are well known but they lead to numerous empirical controversies. So, we attempt to determine if the international financial integration replaces the rise of the interest rates by an appreciation of the domestic currency. Besides, to study the interest of the financial integration for the public policy, we must estimate the new transmission channels of the public deficit impact created by the capital flows. We show that the relationship between budget deficit and interest rates can't be broken by the external financing because of two mechanisms. First, the monetary policy targets are threatened by the budget expansion. So, the central bank is forced to rise the short term interest rates. In addition, the innovations on the public deficits cause a financial volatility which produces a risk premium. The interest of the financial integration for the budget policy autonomy is limited by two supplementary channels. First, budget policy has a current account target which acts as a constraint on the budget deficit movements. Second, the domestic currency appreciation seems to cause a decrease in consumption and, in some countries, a decline of the investment rate.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (474 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 442-455

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre d'économie de la Sorbonne (Paris). Centre de documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : P99-007
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.