Actions chimiques exercees par des champignons ectomycorhiziens sur la rhizosphere. Consequences sur la biodisponibilite du phosphore. Etude de trois especes fongiques (rhizopogon roseolus, hebeloma cylindrosporum et suillus collinitus) et de leurs associations symbiotiques avec pinus pinaster

par VALTER CASARIN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de JEAN CLAUDE ARVIEU.

Soutenue en 1999

à l'ENSA MONTPELLIER .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Certaines especes de champignons ectomycorhiziens sont capables en culture isolee d'excreter divers acides ou anions organiques, en particulier oxalique, dont l'effet sur la solubilisation du p du sol est connu. Cette propriete, si elle est conservee dans l'association mycorhizienne, est susceptible de contribuer a l'amelioration de la nutrition phosphatee de la plante-hote. Cette these a pour objectifs (i) de verifier que cette capacite des champignons en culture isolee est conservee dans leurs mycorhizes, (ii) de quantifier la production d'oxalate en fonction des conditions de milieu, (iii) d'analyser les effets de cette excretion sur les proprietes chimiques du sol dans la rhizosphere et (iv) de mesurer ses consequences sur la mobilisation du p et la nutrition phosphatee de la plante. L'etude est realisee sur trois especes fongiques presentant des comportements contrastes, rhizopogon roseolus, hebeloma cylindrosporum, suillus collinitus, et leurs associations symbiotiques avec pinus pinaster. Grace a des methodes micropotentiometriques nous montrons d'abord qu'en conditions de culture hydroponique et de nutrition exclusivement nitrique, r. Roseolus et s. Collinitus acidifient le milieu alors que h. Cylindrosporum l'alcalinise, et que ces comportements differencies determinent les flux de protons au niveau des racines mycorhizees. En mettant en uvre des dispositifs originaux de culture sur couche mince de sol nous montrons par ailleurs que, aux deux niveaux du champignon isole et de ses mycorhizes, l'acidification du milieu par r. Roseolus s'accompagne d'une excretion d'oxalate, que l'amplitude de cette excretion est fonction de la teneur des racines mycorhizees en cet anion organique et qu'elle est accrue en presence de caco 3. Nous montrons enfin que les actions chimiques resultant de ces excretions dans la rhizosphere sont responsables de la mobilisation du p d'un sol fersiallitique ou du p d'un mineral phosphate peu soluble. Cette mobilisation se traduit a la fois par un accroissement de la biodisponibilite du p du sol apres culture et par un accroissement du prelevement de p par la plante-hote.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 112 p.
  • Annexes : 130 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.