Modifications de sialylation des glycoproteines de surface exprimees dans les cellules infectees par le hiv. Clonage de la lslcl, nouvelle lectine de type c, secretee par les lymphoblastes

par SYLVIE BANNWARTH

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de JEAN-CLAUDE LEFEBVRE.

Soutenue en 1999

à Nice .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'une des composantes de la physiopathologie du sida est constituee par une activation anormalement elevee du systeme immunitaire. Des modifications de glycosylation sont observees dans les cellules infectees par le hiv. Nous avons etudie un modele de cellules infectees de facon latente : les cellules cem l a i/np. Des travaux anterieurs, du laboratoire de virologie, avaient montre que les cd43 et cd45 etaient hyposialyles et presentaient des structures o-glycanniques hexasaccharides sur ces cellules. Dans les serums de tous les sujets infectes, la presence d'autoanticorps diriges contre le cd43 hyposialyle, ont ete detectee. Nous avons montre que, in vivo, les macrophages alveolaires des sujets hiv + sont hyposialyles. De plus, il a ete montre que ces modifications de glycosylation sont observes lors de l'activation lymphocytaire ou macrophagique et pourraient traduire un etat d'hyperactivation des cellules lymphomonocytaires au cours de l'infection hiv-1. Nous avons recherche les mecanismes responsables de ces phenomenes d'hyposialylation. L'expression des sialyltransferases qui greffent l'acide sialique sur les chaines o-glycanniques a ete etudiee. Une nouvelle sialyltransferase, la hst3gal ii, a ete clonee et etudiee dans les cellules infectees. Nous avons montre que l'activite globale des sialyltransferases n'etait pas modifiee dans les cellules cem l a i/np mais pouvait etre saturee lorsque le cd43 etait surexprime. Nous avons alors recherche la presence de glycoproteine(s) surexprimee(s) dans les cellules cem l a i/np. La lslcl (lymphocytic secreted long form of c-type lectin), nouvelle glycoproteine secretee par les lignees lymphoblastiques, a ete clonee. Elle possede un triplet rgd et un long domaine lectine de type c. Un domaine central leucine zipper pourrait lui conferer des proprietes d'oligomerisation. Le gene de la lslcl se presente sur un modele du type exon schuffling. L'etude de son promoteur a montre qu'il ne possede pas de boite tata ni caat, mais plusieurs motifs sp1 et un site nf-b. Apparemment surexprimee dans les cellules cem l a i/np en raison de son tres haut niveau de sulfatation par rapport aux cellules cem, la lslcl n'a pas fourni l'explication de l'hyposialylation. Des investigations basees sur la caracterisation des sucres terminaux non sialyles sont entreprises.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 117 p.
  • Annexes : 293 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.