Representations sociales et moments utopiques : la quete d'un pattern d'independance : enfance, militance et habitance

par GERARD DEHIER

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Joëlle Deniot.

Soutenue en 1999

à Nantes .


  • Résumé

    La ville comme representation du quotidien, introduit-elle a la question d'une totalite qui ne saurait-etre autre que celle de notre univers ? l'appropriation spontanee de la ville dissimule-t-elle le reve d'une impossible adhesion ? qu'en est-il alors des villes neuves et nouvelles ? de ceux qui veulent s'emparer de la ville et des reves d'appareils et d'etat ? l'atypicite et la marginalite de certaines experiences poussent a en chercher la singularite dans les logiques dominantes des appareils d'organisations sociales, engagent a un retour sur une position, ouvrent sur la quete d'une trajectoire anthropologique. Un objet complexe, l'urbain : son utopie mise en perspective a partir de son cadre, d'un lien social a l'origine et d'un projet de renouveau volontaire - pose la question des ideologies d'un ensemble de protagonistes. Cerner une demande sociale interroge sur les affaires des uns et des autres : militant, intellectuel, chercheur, animateur sur un terrain initial, initiatique ou concept et mythe s'entre-croisent dans un mouvement de soi vers l'autre. La seconde partie permet de reprendre cette interrogation au loin, dans une recherche de l'alterite comme difference, avec plus encore, le souci de se donner l'autre comme autre : habitant lointain d'un univers expose a l'incertaine et aleatoire presence de l'enqueteur. Il s'agit de trouver quelque raison d'etre a etre habitant, de rehabiliter une ambulation de proximite. Dans le reve d'integration s'agit-il de prendre le monde au mot ? d'esquiver les paranoias de l'isolement sociologique. Le sociologue sera-t-il sage ? echappe-t-il au choc des valeurs ? la neutralite axiologique n'epouse pas necessairement les incertitudes partisanes, la flexibilite des fantassins de l'efficacite. Comment raison garder, quitter les certitudes de la reproductibilite ? penser le social ni plein ni vide mais incertain, flou, tout en restant clair ? reposer le probleme de la singularite dans la comprehension du social, de l'invention des moyens de l'echange, d'une labilite de l'etre, de l'insaisissable baleine a la respiration profonde. En deca des laxismes et des crispations epistemologiques, retrouver les coeurs des variations, rencontrer dans l'interposition les voix du social. , un acces au monde et a une figure de l'humain qui en subvertit les deformations.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 631 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 498 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Evry-Val d'Essonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 307.76 DEH rep
  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Nantes. Bibliothèque de sociologie Frédéric Mollé.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.