Licenciements économiques et transformations structurelles de l'emploi et du rapport salarial : une analyse à partir des licenciements collectifs et des plans sociaux

par Régis Rouyer

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Philippe Méhaut.

Soutenue en 1999

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Le questionnement consiste à savoir comment les licenciements économiques participent et contribuent à la refonte du rapport salarial fordiste. Les analyses théoriques du marché du travail, de la relation salariale sont interrogées sur les problématiques d'ajustements quantitatif/qualitatif de l'emploi, sur l'influence des régulations de l'emploi dans ces processus. Un clivage ressort entre la problématique néoclassique d'ajustement conjoncturel de l'emploi, mettant en cause les rigidités institutionnelles, et une problématique d'évolution longue du rapport salarial et de la structuration du marché du travail. Les statistiques administratives sur les licenciements collectifs et leur accompagnement (1990-1995) éclairent le glissement relatif de l'intervention publique et des caractéristiques des rejets de la main-d’œuvre bénéficiaire des mesures ; en sont déduits une évolution des régulations de l'emploi, contribuant aux transformations des rapports d'emploi/de travail, et un processus de tri de la main-d’œuvre et de changement des structures d'emploi. Une analyse statistique examine le rapport entre les licenciements économiques et des variables de transformation structurelle des secteurs ; elle est affinée par une étude empirique des licenciements collectifs et des plans sociaux (1993/94). Les licenciements collectifs sont resitues dans les trajectoires d'emploi des entreprises (1985-1995) et les tendances ex post des rapports de travail et d'emploi. Au-delà de la recomposition de la main-d’œuvre, se traduisant notamment par une élévation du potentiel technique et d'encadrement, la flexibilisation des conditions d'emploi et de travail est une figure centrale des changements. Sur ce plan, la polyvalence constitue la principale direction de la réorganisation du travail et apparait comme une réponse organisationnelle aux contraintes d'un fonctionnement avec une main-d’œuvre allégée, tendue. Dans ce contexte, les dispositifs publics ne parviennent pas à promouvoir le maintien de l'emploi et l'évitement des licenciements et à influencer la réorganisation du travail (via le temps partiel, la formation). Ils soutiennent et accompagnent la mobilité externe forcée.

  • Titre traduit

    Redundancies in structural adjustment of employment and in the changes of the wage relationship ('rapport salarial') : an analysis from mass redundancies and 'social plan' device


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (452 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.406-432

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Campus lettres et Sciences Humaines. Centre commun de documentation en sciences humaines et sociales.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Droit et sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.