Etude de la rythmicité de la croissance en épaisseur et de la formation des faux-cernes chez de jeunes plants de chêne pédonculé et de chêne-liège cultivés en conditions favorables : rôle des feuilles

par Anas Mansour

Thèse de doctorat en Biologie forestière

Sous la direction de Elisabeth de Faÿ.

Soutenue en 1999

à Nancy 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Une étude cinétique de la croissance, notamment en épaisseur, et histologique du bois et de la région cambiale a été réalisée chez de jeunes plants de chêne pédonculé (Quercus robur) et de chêne-liège (Quercus suber) cultivés dans des conditions favorables où ils présentent des vagues de croissance apicale. Les deux espèces présentent une croissance en épaisseur rythmique de la tige ; cette rythmicité est due à une activité cambiale rythmique et ce rythme est synchrone du rythme de la croissance apicale. L'accroissement en épaisseur de la tige et l'allongement des feuilles sont en opposition, les minima de l'un correspondant aux maxima de l'autre. A chaque vague de croissance apicale, il se forme un faux-cerne dans le bois tout au long de la tige. Les faux-cernes sont caractérisés par des changements périodiques de l'intensité de la lignification, vraisemblablement dans le dépôt des lignines gaïacyl, mais pas dans le dépôt des lignines syringyl. Il y a un rapport très précis entre la surface des faux-cernes et la surface des feuilles assimilatrices. Les feuilles ont un rôle essentiel dans le déterminisme de la croissance en épaisseur et dans la formation des faux-cemes. Chez le chêne pédonculé, les limbes foliaires en étalement déterminent la phase de ralentissement (ou d'arrêt) du rythme de la croissance en épaisseur, tandis que les limbes foliaires à un stade précoce (5-9 mm de longueur) déterminent le dépôt des lignines fortement réactives au Phloroglucinol-HCl, mais n'interviennent pas dans le dépôt des lignines syringyl (test de Mäule). Les deux espèces de chêne étudiées se comportent de façon identique quant à la rythmicité de la croissance en épaisseur et la formation des faux-cernes, mais leur reprise de croissance en épaisseur après un repos hivernal forcé a des modalités différentes. En effet, cette reprise de croissance est basipète chez le chêne pédonculé, et simultanée pour l'ensemble de la tige chez le chêne-liège.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (IV-99 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 89-99

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.