Pilea microphylla (l. ) Liebm. (Urticaceae) et taxons affins néotropicaux : aspects biogéographique, ethnobotanique et écologique : Application comme matériel expérimental

par Marie-Laure Groult

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Claude Sastre.

Le jury était composé de Claude Sastre, Janine Garnier, Philippe Morat, M Salomon.

Les rapporteurs étaient Denise Pons, Thomas A. Zanoni.


  • Résumé

    Le genre pantropical pilea lindl. (urticaceae) de 600 taxons environ, est essentiellement sud-américain. Une trentaine d'espèces neotropicales, toujours à petites feuilles (longueur maximale du limbe inferieure ou égale à 15 mm, longueur du pétiole inferieure ou égale à 8 mm) et a inflorescences compactes, forment un complexe homogène polymorphe, dans lequel pilea microphylla (l. ) liebm, cosmopolite, représente le type de base. En Guadeloupe, des spécimens de p. Microphylla (l. ) semi-dresses de 20 cm de hauteur, se développent en zone littorale, tandis qu'au sommet du volcan la soufrière, des souches prostrées diffuses, de taille inférieure ou égale à 5 cm, résistent aux évents fumerolliens toxiques. Ces observations permettent d'envisager l'utilisation de cette espèce comme matériel expérimental en phytotoxicologie. Les auteurs sont en désaccord sur les limites taxonomiques spécifiques et infraspecifiques des taxons, entrainant une nomenclature embrouillée. Ainsi, une révision complète des 35 unités biologiques fonctionnelles - u. B. F. Selon Sastre (1994) et Pereira dos Santos (1994) - du complexe a été entreprise, permettant de définir leur place systématique, et de les identifier, par différentes approches complémentaires. Une étude morphologique et anatomique, basée sur l'observation de spécimens d'herbiers et de cultures, a montré pour la première fois la valeur taxonomique des cystolithes. Vingt-sept types de répartition cystolithiques infrageneriques ont été décrits. Des analyses numériques multivariées ont permis d'évaluer les corrélations existant entre les u. B. F. Et les caractères morphologiques sélectionnes. Une étude biogéographique associée a conduit à des conclusions taxonomiques et évolutives, ainsi qu'à la mise en évidence d'un pôle d'endémisme a Hispaniola, inscrivant notre travail dans un cadre de protection de la biodiversité antillaise. P. Microphylla présente un intérêt horticole et médicinal de premier plan qui a été souligne.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (351 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 231-259

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1999 -- 17
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.