Etude des céramiques culinaires et de leurs procédés de fabrication à Lyon à l'époque gallo-romaine : impératifs techniques et habitudes culturelles

par Cécile Batigne Vallet

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Maurice Picon.

Soutenue en 1999

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Cette thèse est l'étude de la céramique culinaire, qui est la céramique destinée à la cuisson des aliments. À cause de cette fonction, elle est en adéquation avec les préparations culinaires pratiquées et elle doit résister au feu. Pour faire l'étude de lots choisis de céramique à feu lyonnaise d'époque gallo-romaine, nous avons fait appel à plusieurs méthodes : - la méthode céramologie fondée sur l'observation de la forme des objets et d'autres caractéristiques visibles (couleur, façonnage) pour savoir quels étaient les principaux objets utilises. - une approche formelle, étayée de références littéraires, pour estimer la fonction de ces céramiques et pour se faire une idée des habitudes alimentaires des lyonnais. - des analyses et des tests faits en laboratoire afin de connaitre les compositions chimiques des céramiques et certaines de leurs propriétés physiques, ceci dans le but d'évaluer les procédés de fabrication utilises par les potiers. Afin de comprendre cet artisanat dans son contexte historique, nous avons comparé ces céramiques à feu gallo-romaines avec des lots de céramiques des périodes immédiatement antérieure (époque gauloise, IIe et 1er s. Av. J. -C. ) et postérieure (haut moyen-âge) a l'époque gallo-romaine. Les résultats ont montré que la solution trouvée par les potiers lyonnais pour obtenir des céramiques résistantes aux écarts thermiques se trouve dans la texture de la pate, suffisamment lâche pour absorber les dilatations : une granulométrie assez grossière et une température de cuisson assez basse. Par contre, deux caractéristiques de ces poteries ne sont pas imposées par la vocation culinaire mais relèvent de préférences : ces objets, surtout des pots à cuire, sont très souvent noirs, conformément, à l'habitude gauloise locale, et ils sont toujours tournes, alors qu'avant l'installation de la colonie romaine à Lyon, ils sont toujours modelés a la main.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (644 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 385 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LSHS (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2419
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 639
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.