Le facteur I et la dysgénésie des hybrides chez Drosophila melanogaster : régulation artificielle par des ARN antisens et mise en évidence de phénomènes épigénétiques à transmission bi-parentale

par Emmanuel Gauthier

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Hubert Pinon.

Soutenue en 1999

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Hubert Pinon.


  • Résumé

    Le facteur i (fi) est un element transposable de type line de drosophila melanogaster. Les souches dites reactives (r) sont depourvues de cet element a l'etat fonctionnel, les souches dites inductrices (i) en possedent au moins une copie. Le fi obeit a une regulation zygotique et maternelle. Il est stable en contexte inducteur, mais sa mobilisation peut etre induite a haute frequence dans la lignee germinale des femelles issues du croisement entre une femelle r et un male i. Ces femelles dites sf (sterilite femelle), sont fortement steriles suite a une mort precoce des embryons qu'elles pondent. Le croisement reciproque femelle i par male r donne des femelles rsf (reciproque sterilite femelle) qui sont normalement fertiles bien que le fi transpose aussi dans leur lignee germinale. Les caracteristiques de ce phenomene, qui ne touchent pas les descendants males, definissent la dysgenesie des hybrides de type i-r. Le fi transpose via un arn qui sert d'intermediaire de transposition et d'arnm. Afin d'evaluer la reelle implication de la mobilisation du fi dans l'apparition du phenotype de sterilite, nous avons cible ce transcrit en produisant des arn antisens ou sens transgeniques. Toutes nos constructions ciblant la partie 5 du fi permettent de reduire l'expression d'une fusion fi-lacz et la sterilite sf. La transposition est donc responsable de la letalite embryonnaire. Pour un transgene donne, l'efficacite de la repression depend du nombre de copies, de leur mode de transmission, de l'age des femelles mais aussi des lignees, et peut persister dans certains cas plusieurs generations apres elimination du transgene. A l'effet zygotique s'ajoutent des effets maternels, et paternels. A l'oppose, la construction ne ciblant pas la partie 5 augmente, maintient, ou provoque une sterilite dans des contextes normalement peu ou pas steriles. Cet effet activateur est strictement zygotique, et montre que le fi est capable d'autoactivation en trans. La memoire repressive est observee pour des constructions ne produisant pas toutes des arn antisens et/ou sens, et la construction qui ne cible pas la region 5 du fi n'entraine pas de tels effets. Nous proposons donc que l'inhibition observee soit due a la seule presence euchromatique de sequences homologues a la sequence 5 du fi, independamment d'une activite transcriptionnelle. Cette repression de sequences homologues, qui rappelle par certains aspects les phenomenes de co-suppression deja decrits chez les plantes et quelques animaux, est l'evidence de l'implication de mecanismes epigenetiques dans la regulation du facteur i.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (220 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 178-220 et notes bibliographiques dans chaque article

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.