Le rétrotransposon 412 dans les populations naturelles de drosophiles

par Géraldine Cizeron

Thèse de doctorat en Sciences

Sous la direction de Christian Biémont.

Soutenue en 1999

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Christian Biémont.


  • Résumé

    Les elements transposables apparaissent de plus en plus comme des composants essentiels du genome de nombreux organismes. Nos connaissances sur leur structure et les mecanismes regulant leur nombre de copies dans les genomes des populations naturelles sont cependant loin d'etre completes. De plus, les donnees actuelles concernent principalement les transposons et les retroposons, qui ont une structure tres heterogene. En revanche, les sequences des retrotransposons de la drosophile sont connues pour etre generalement bien conservees, presentant principalement des copies de taille complete, suggerant que ces elements sont actifs et presents depuis tres longtemps chez cet organisme. Afin de mieux comprendre l'histoire evolutive et la dynamique des retrotransposons dans les genomes, nous avons analyse d'une part la distribution de l'element 412 dans un grand nombre d'especes du genre drosophila, d'autre part la structure de cet element dans differentes populations naturelles de d. Melanogaster et d. Simulans : le nombre de sites d'insertion de 412 est tres different entre ces deux especes, et tres variable entre les populations de d. Simulans. Ce travail a permis de montrer que le retrotransposon 412 etait un ancien composant du genome de la drosophile, apparu tres tot dans la famille des drosophilidae, ayant ete transmis verticalement dans les especes. Cet element semble avoir ete immobilise dans l'heterochromatine de la plupart des especes analysees, a l'exception de d. Melanogaster et d. Simulans, chez lesquelles il serait en train d'envahir le genome. Bien que la structure de l'element 412 soit globalement conservee entre d. Melanogaster et d. Simulans, un fort polymorphisme de structure a ete mis en evidence dans toutes les populations analysees. Les populations de d. Simulans presentent cependant plus de copies rearrangees de 412 que celles de d. Melanogaster, avec notamment la presence de copies polymorphes specifiques a d. Simulans, suggerant une regulation tres differente de ce retrotransposon entre ces deux especes. De plus les copies completes de l'element 412 sont apparues aussi bien situees dans l'euchromatine que dans l'heterochromatine, evoquant la possibilite que certaines copies heterochromatiques seraient fonctionnelles et pourraient etre responsables de la recente invasion de l'element 412 chez d. Simulans, hypothese avancee pour expliquer le fort polymorphisme de structure observe chez cette espece.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (III-148 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 127-148

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.