Reproduction d'une espèce benthique à phase larvaire planctonique, l'ophiure Ophiothrix fragilis (échinoderme), dans un système côtier à fort hydrodynamisme (détroit du Pas-de-Calais) : interactions physique-biologie et implications dans le fonctionnement global de l'ecosystème

par Alain Lefebvre

Thèse de doctorat en Environnement et écosystèmes marins et continentaux

Sous la direction de Dominique Davoult.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    La variabilité spatio-temporelle des populations d'invertébrés benthiques à cycle bentho-pélagique est fortement liée au recrutement, dépendant lui-même de la dissémination des larves et par conséquent, de la reproduction. Ces différentes phases ont été étudiées dans le contexte hydrodynamique du détroit du Pas-de-Calais (régime mégatidal) chez l'ophiure Ophiothrix fragilis. Cette espèce domine le peuplement des cailloutis à épibiose sessile et joue un rôle écologique important dans le couplage bentho-pélagique. La reproduction d'O. Fragilis est cyclique et sa variabilité spatiale est supérieure à sa variabilité temporelle. La présence larvaire saisonnière est discutée et révèle que les ophioplutei sont présents de juin à septembre, ce qui traduit un étalement de la ponte sur plusieurs mois. Le transport des ophioplutei est étudié à l'échelle du cycle de la marée (morte-eau/vive-eau, flot/jusant). La distribution verticale des larves, sous influence de l'hydrodynamisme, est relativement homogène. Les ophioplutei se comportent comme des particules passives et ne présentent ni migration nycthéméral, ni migration tidale, ni migration ontogénique. Des hypothèses de transports et de sédentarisation sont proposées au regard de ces résultats et sont discutées en fonction des caractéristiques hydrodynamiques locales (structure frontale, effet de cap) et des caractéristiques biométriques et morphologiques des larves. A partir de ces connaissances, la modélisation du transport larvaire à l'échelle de la Manche a été abordée. Bien que les différentes population d'Ophiothrix fragilis communiquent entre elles, suggérant un fonctionnement en métapopulation et malgré les pertes en larves engendrées par les processus d'advection et de diffusion, la pérennité de populations semble principalement assurée par l'autorecrutement.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (303 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 257-281

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-485
  • Bibliothèque : Station biologique. Service de documentation scientifique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : M-100615016
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.