Rôle de l'interleukine-7 dans l'infection par le parasite Schistosoma mansoni : nouvelles perspectives dans les relations hôte-parasite initiées dans la peau

par Olivier Roye

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Immunologie

Sous la direction de Isabelle Wolowczuk.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Le parasite Schistosoma mansoni infecte son hôte définitif par un passage transcutané obligatoire. La peau constitue ainsi le premier organe avec lequel il entre en contact et ou auront lieu les étapes précoces de son développement. Le tissu cutané est actuellement considéré comme un organe immunologiquement compétent ; il est donc susceptible de jouer un rôle important dans l'initiation de la réponse immune dirigée contre le schistosome. Dans un premier temps, nous nous sommes donc particulièrement intéressés à l'étape cutanée de l'infection. Nos résultats montrent qu'une production d'interleukine-7, spécifique de la pénétration transcutanée du schistosome, a lieu dans la peau d'une façon rapide et durable. De manière surprenante, l'injection intradermique d'interleukine-7, préalablement à l'infection, favorise le développement du parasite et aboutit à une aggravation de la pathologie. De même, l'étude d'un modèle de souris transgéniques pour le gène de l'interleukine-7, dont l'expression constitutive a lieu principalement dans la peau, permet de confirmer le rôle de cette cytokine dans la maturation du parasite. De plus, la réalisation de greffes de peau humaine sur des souris immunodéficientes, ensuite infectées, étend nos observations réalisées chez la souris au modèle de l'infection humaine. Enfin, l'infection de souris ne produisant pas l'interleukine-7 permet de montrer qu'en l'absence de cette cytokine, le parasite ne se développe pas normalement. On observe en effet, un nanisme parasitaire important associe à un manque de maturité des vers femelles adultes. L'unique autre cas de schistosomes nains étant celui obtenu chez des souris hypothyroïdiennes, nos résultats soulèvent la question d'une relation éventuelle entre interleukine-7 et hormones thyroïdiennes dans le cadre de l'infection par ce parasite. Enfin, le nanisme observe chez les souris déficientes en interleukine-7 pourrait être rapproche du phénomène de diapause, forme de latence du parasite, ce qui apporterait un éclairage nouveau sur les relations entre le schistosome et l'hôte vertébré. Ainsi, les événements cutanés précoces (à savoir la production d'interleukine-7) joueraient un rôle essentiel sur la migration, la maturation, le développement et donc sur l'adaptation du parasite Schistosoma mansoni.

  • Titre traduit

    Role of interleukin-7 in the course of Schistosoma mansoni infection : new outlooks on the host-parasite relationships initiated in the skin


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (235 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 196-235

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-453
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.