Étude morpho-fonctionnelle des neurones contenant le récepteur de la progestérone dans le noyau ventrolatéral hypothalamique du cobaye : aspects neurochimiques et neuroanatomiques

par Laurence Dufourny

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Neuroscience

Sous la direction de Maryvonne Warembourg.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Le noyau ventrolatéral (VL) hypothalamique du cobaye est une région cible à la fois pour l'oestradiol et pour la progestérone dans la régulation de la réceptivité sexuelle femelle caractérisée par le réflexe de lordose. Cette étude s'est intéressée au contenu neurochimique et aux projections des neurones du VL qui contiennent le récepteur de la progestérone (RP) induit par les oestrogènes. L'analyse quantitative des neurones immunoréactifs (IR) pour le RP dans le VL chez des cobayes mâles et femelles révèle chez le mâle un nombre significativement supérieur de cellules IR-RP. La présence de somatostatine (SOM) dans 30% environ des cellules IR-RP du VL, après une double réaction immunofluorescente, indique une action directe de la progestérone sur ce système neuropeptidergique. Deux autres neuropeptides, la neurotensine (NT) et la substance P (SP), sont également présents dans des neurones IR-RP du VL mais une triple marquage immunofluorescent démontre que les trois neuropeptides ou même deux d'entre eux sont très peu souvent synthétisés par un même péricaryon cible de la progestérone. Par ailleurs, l'immunoréactivité de deux de ces trois neuropeptides, la SOM et la SP, est significativement augmentée dans le VL sous l'effet des oestrogènes.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ces données sont des arguments neurochimiques en faveur d'une action de ces neuropeptides sur la réceptivité sexuelle. La technique de transport axonal rétrograde pour l'étude des projections associée à la double réaction immunocytochimique mettent en évidence pour 30% des neurones IR-RP/SOM du VL des projections vers la région périventriculaire mésencéphalique et établissent ainsi l'existence d'une relation directe du VL vers le mésencéphale, centre intégrateur des signaux hypothalamiques déclenchant la lordose. L'étape suivante qui a consisté à rechercher par un triple marquage immunofluorescent, la présence de la synthétase du monoxyde d'azote (NOS) dans les cellules IR-RP contenant un neuropeptide, démontre que 30 à 40% des cellules IR-RP/SOM et moins de 10% des cellules IR-RP/SP contiennent l'enzyme. De plus, une augmentation significative de l'activité NOS est mise en évidence sous l'effet des oestrogènes et de la colchicine. Des interactions complexes existent entre les neuropeptides et la NOS dans les mécanismes de régulation par la progestérone de la lordose.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (120 f. - 10 f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 81-119. Liste des publications et communications

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-371
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.