Modifications dans l'expression des gènes au cours de l'embryogenèse somatique chez un hybride de chicorée : identification de gènes codant pour une protéine de liaison au GTP

par Béatrice Randoux

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Jacques Vasseur.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Le Cichorium hybride « 474 » (Cichorium intybus var. Sativum x Cichorium endivia var. Latifolia) constitue un modèle de choix pour appréhender le déterminisme de l'embryogenèse somatique. L'origine directe et unicellulaire des embryons, ainsi que la possibilité de synchroniser la 1ère division de la cellule embryogène, favorisent l'étude des étapes précoces, autant au niveau cytologique qu'aux niveaux biochimique et moléculaire. Notre étude est particulièrement focalisée sur l'expression des gènes au cours de l'embryogenèse somatique. Des expériences de marquage in vivo des protéines et de traduction in vitro des ARN messagers polyadénylés montrent que de nombreuses modifications interviennent dans l'expression des gènes au cours de l'induction de l'embryogenèse somatique, aussi bien au niveau traductionnel que transcriptionnel. Ceci suggère une reprogrammation importante dans l'expression des gènes des les premières étapes de ce processus. Pour caractériser certains gènes exprimes différentiellement, nous avons utilisé la technique de Differential Display (DDRT-PCR) et parmi les différents ADNc partiels détectés, deux ont été plus particulièrement étudiés. L'un d'entre eux présente des homologies avec un EST répertorié dans les banques de données. Il s'accumule durant la cinétique d'embryogenèse chez le génotype embryogène, alors qu'il est beaucoup moins représente chez la chicorée « Pévèle » non embryogène cultivée dans les mêmes conditions. Le second ADNc, correspondant à un gène codant pour une protéine de liaison au GTP de type rab5, est induit des la mise en culture chez la chicorée embryogène « 474 » , mais n'est pas amplifié chez la chicorée non embryogène. Par criblage d'une banque d'ADNc et par des expériences de 5’RACE-PCR, nous avons montré l'existence de 4 ARNm correspondant à ce produit. Ils diffèrent particulièrement dans leurs régions non codantes. L'un d'entre eux, détecte dès le 1er jour de la cinétique chez les deux génotypes de chicorée, semble corréler à la mise en culture in vitro des explants ; un autre est produit tout au long de la culture chez la variété embryogène alors que sa synthèse cesse à partir du 4ème jour de culture chez la variété non embryogène. Par analogie avec le règne animal, nous proposons une implication des protéines rab que nous avons identifiées dans le transport vésiculaire au cours de l'embryogenèse somatique chez la chicorée.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (136 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 117-130

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-339
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.