Réponse physiologique aux stress thermiques et à l'addition de nisine de Pectinatus frisingensis bactérie anaérobie d'altération de la bière : étude de la résistance à la nisine

par Nour-Eddine Chihib

Thèse de doctorat en Génie enzymatique, bioconversion et microbiologie

Sous la direction de Jean-Luc Tholozan.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Pectinatus frisingensis est une bactérie anaérobie stricte de la flore d'altération brassicole. Le volume cellulaire, la charge adénylique, le pH et les teneurs intracellulaires en ions potassium sont mesurés dans différentes conditions physiologiques, afin d’évaluer la capacité de la bactérie à maintenir son homéostasie cellulaire. Les conditions optimales sont la présence de glucose et un pH de 6,2, les conditions hostiles sont un pH de 4,5, l'absence de glucose et un choc froid (2°C). Les cellules sont capables de maintenir un pH intracellulaire supérieur à celui du milieu extracellulaire. L'addition de glucose conduit à une accumulation des ions potassium. Le traitement froid conduit à une sortie rapide des ions K+, une diminution du pH intracellulaire. Toutefois, les bactéries sont capables de restaurer leur homéostasie en présence de glucose à des température favorables. P. Frisingensis, bactérie à Gram négatif est sensible à la nisine. Une augmentation de la concentration en nisine (0 à 1100 IU/ml) dans le milieu de culture prolonge le temps de latence et diminue le taux de croissance. Les sorties des ions potassium ont été mesurées dans des suspensions cellulaires exposées à l'effet combiné de la nisine (100 à 500 IU/ml), un choc thermique de 10 min (50°C ou 2°C), à pH 4,0 ou 6,2. Les sorties des ions K+ sont plus importantes à pH 6. 2. La réincubation des suspensions cellulaires métabolisant le glucose exposées aux stress combinés, montre que les cellules exposées à un choc froid réaccumulent plus de K+ que les cellules exposées à un traitement thermique chaud quelles que soient les conditions de pH. Une souche de P. Frisingensis résistante à une concentration élevée de nisine (5000 UI/ml) a été isolée et l'implication de l'enveloppe cellulaire dans la résistance à la nisine a été étudiée. Le phénotype de résistance de la souche Nis-5000 est stable après 5 repiquages sur milieu sans nisine. Les modifications de la composition des acides gras membranaires de la souche Nis-5000 mise en culture en présence ou en absence de nisine (5000 UI/ml) affectent principalement les acides gras C17:1 (P < 0. 05) et C18:cyclo (P < 0. 05), ce qui conduit à une diminution du degré d'instauration de la membrane de la souche Nis-5000. La diminution de la fluidité membranaire doit probablement protéger la souche Nis-5000 de l'action de la nisine.

  • Titre traduit

    Physiological response to temperature stress and nisin addition of Pectinatus frisingensis, a beer spoilage anaerobic bacterium : study of nisin resistance


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (196 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 138-164. Liste des publications

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-333
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.