La philosophie naturelle mécaniste de Joseph Boussinesq (1842-1929)

par Ricardo Roméro

Thèse de doctorat en Histoire des sciences et techniques

Sous la direction de Bernard Pourprix.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Physicien de l'élasticité et de l'hydrodynamique, Boussinesq a aussi élaboré une oeuvre théorique importante, qui peut être considérée comme une des dernières manifestations de la physique mathématique classique. La mécanique de Boussinesq vise à donner une explication générale de l'ensemble des phénomènes physiques. Edifiée sur la base du principe de la conservation des forces vives ou de l'énergie, et nettement distincte des théories mécaniques de la chaleur à la française, elle vainc les difficultés que présentent la mécanique dite rationnelle et la physique de la force au milieu du 19ème siècle, et constitue de ce fait une voie originale vers la nouvelle physique dynamique. Tout le long de l'élaboration de sa mécanique, Boussinesq s'appuie sur un socle épistémologique qui en renforce la cohérence. Au coeur de ses conceptions du monde et de la science figure la croyance en un monde géométrique autonome, modèle et idéal du monde physique. Ainsi peut s'expliquer le rôle déterminant qu'il assigne à la grille conceptuelle cinématique sous-jacente à l'ensemble de son oeuvre. Mécanique du point matériel, la mécanique de Boussinesq n'est pas pour autant une mécanique abstraite, c'est celle du monde habite par l'homme. Pour édifier cette géométrie de la nature qu'est la mécanique physique, Boussinesq doit se contenter, le plus souvent, d'une représentation géométrico-cinématique des dernières particules observables. Face à la complexité du monde physique, il découpe celui-ci en champs distincts, chacun d'eux étant défini par un fait fondateur, un principe simple, exprimé dans le langage de l'analyse. Par cette sorte de réductionnisme, dont on étudie ici la mise en oeuvre dans le procès de mathématisation de l'hydrodynamique et des phénomènes de l'élasticité, de la lumière et de la chaleur, Boussinesq opère la jonction entre deux traditions de la physique mathématique française, celle de Poisson et celle de Fourier. En suivant l'évolution de la pensée scientifique de Boussinesq, on prend la mesure de ses incertitudes dans la période de transition entre le modèle statique et le modèle dynamique de la physique, et, en même temps, de l'assurance que lui procure sa conviction d'une étroite interdépendance entre la science et la théorie de la connaissance.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (481 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 459-474

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-249
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.