Synthèse et étude physico-chimique de métallosalènes à activité nucléasique

par Éric Lamour

Thèse de doctorat en Chimie organique et macromoléculaire

Sous la direction de Jean-Luc Bernier.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Les nucléases chimiques à activité oxydante sont des complexes de métaux de transition capables d'induire des coupures des acides nucléiques. Elles sont largement utilisées dans l'étude des conformations des ADN et dans les études de footprinting. Dans ce travail, nous avons étudié l'activité nucléasique d'une nouvelle famille de métallosalènes : les salènes polyhydroxylés complexés par Cu II ou Fe III. Des fonctions hydroxyle ont été introduites en position ortho, méta et para des cycles saléniques afin d'introduire un système hydroquinonique pouvant interagir avec le centre métallique et ainsi auto-activer les propriétés nucléasiques du métallosalène. L'activité nucléasique de ces complexes a été étudiée par coupure de plasmide. Différentes études physico-chimiques ont ensuite été entreprises afin de l'expliquer : RPE pour la caractérisation de la structure des complexes, voltammétrie cyclique pour l'étude de leurs états d'oxydation et spin-trapping pour la production de radicaux libres. En présence d'agent activateur extérieur, tous les métallosalènes exercent une activité nucléasique alors qu'en son absence, seuls les métallosalènes comportant un système hydroquinonique sur le ligand salénique (ceux produisant des radicaux libres, formant une espèce superoxo grâce a un potentiel Cu III/Cu II bas) coupent les acides nucléiques. Les métallosalènes polyhydroxylés constituent donc une voie originale pour le design de nouvelles nucléases chimiques auto-activantes.

  • Titre traduit

    Synthesis and study of metallosalens with nucleasic activity


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (248 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 209-233

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-173
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.