La lactoferrine cérébrale : origines et mécanismes d'accumulation au cours des maladies neurodégénératives

par Carine Fillebeen

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé

Sous la direction de Annick Pierce.

Soutenue en 1999

à Lille 1 .


  • Résumé

    Les mécanismes neuropathologiques impliqués dans les maladies dégénératives du système nerveux central (SNC) sont encore mal connus, cependant certains d'entre eux font intervenir un stress oxydatif. Ces processus neurodégénératifs vont également générer des foyers inflammatoires importants. La lactoferrine, qui est associée aux lésions caractéristiques de différentes maladies neurodégénératives, semble être impliquée dans ces processus eux-mêmes, mais également au niveau des réactions inflammatoires qu'ils génèrent. De manière à définir le rôle de la lactoferrine cérébrale, il était indispensable d'identifier son ou ses origines, ainsi que les mécanismes qui aboutissent à son accumulation en conditions pathologiques. Ainsi, nous avons montré que cette origine était double, à la fois périphérique et locale. La lactoferrine traverse la barrière hémato-encéphalique (BHE). L'utilisation d'un modèle in vitro de BHE nous a permis de mettre en évidence son transport au travers des cellules endothéliales de capillaires cérébraux. Ce transport explique la présence de cette protéine dans le SNC et tout particulièrement au niveau des capillaires cérébraux. Nous avons ensuite montré que ce transport était augmenté en conditions inflammatoires, aboutissant à l'accumulation de la lactoferrine dans le compartiment cérébral. Cette accumulation pourrait mener à l'augmentation du taux de lactoferrine observée au niveau des lésions caractéristiques de différentes maladies neurodégénératives. La lactoferrine est synthétisée in situ au niveau du mésencéphale par des cellules microgliales activées pigmentées. L'utilisation d'un modèle animal de la maladie de parkinson nous a ensuite permis de mettre en évidence l'augmentation de cette expression en conditions pathologiques. Le processus neuropathologique à l'origine de cette maladie semble faire intervenir un stress oxydatif. La lactoferrine pourrait donc être produite et s'accumuler en réponse à ce stress.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (240 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 211-240

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1999-171
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.