Fiction et répétition : études des romans d'Anita Brookner de 1981 à 1996

par Richard Vidaud

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Marie-Anne Clabé.

Soutenue en 1999

à La Rochelle .


  • Résumé

    La dialectique stabilité (même) / différence (autre) est en effet le fondement de toute la réflexion philosophique sur la notion. Platon, dans le mythe de Theuth, oppose le logos, ou langage verbal, siège de la mémoire, de la vérité et de l'origine à grammata, ou langage écrit qui véhicule le mythe ou muthos, siège de l'oubli de la vérité et de l'origine. Dans La dissémination, Jacques Derrida reprend pourtant cette distinction sur laquelle il s'appuie pour développer toute sa théorie de la déconstruction qui remet en cause ce qu'il nomme logocentrisme. Cette étude cherche à mettre à jour les implications de la répétition à travers l'œuvre d'Anita Brookner. Toute notre démarche est animée par un double souci : il s'agit d'éclairer son œuvre à la lumière de la répétition afin de voir comment elle lui confère son identité si singulière, mais sans jamais perdre de vue ce que cette œuvre apporte, de par son exploitation radicale de la répétition, à l'importance et à la place de celle-ci dans la théorie littéraire. Nous nous proposons donc d'essayer de distinguer, sérier et classer les formes nombreuses et diverses que revêt la répétition chez Anita Brookner, cela, en vue d'élaborer la typologie générale d'une forme qui chez elle est une figure à la fois microstructurale et macrostructurale. Nous commençons par traiter cette question sur le plan des formes de répétition qui se loge dans l'écriture même. Nous nous intéressons ensuite à la dimension récurrente du récit dans sa structure pour déterminer si la narration se répète sous une forme circulaire, proleptique ou réflexive. Puis nous examinons les modalités de la reprise d'une parole extérieure au texte stricto sensu pour conclure sur l'étude de la fiction lorsqu'elle-même se prend comme objet de la répétition. Enfin, à la question de savoir si la répétition tend vers un mouvement de construction qui favoriserait la cohésion de l'édifice textuel, nous sommes amenés à répondre qu'elle le déconstruit dès lors qu'elle en interdit toute interprétation fiable et définitive et conduit à une lecture aporétique du texte.

  • Titre traduit

    Fiction and repetition : a study of the novels of Anita Brookner from 1981 to 1996


  • Résumé

    This dissertation examines the dialectical relationship between fiction and repetition in the novels of contemporary British novelist Anita Brookner. The notion of repetition has evolved considerably over the ages ; whereas in Plato's times, it was regarded as a totally reliable agent of semantic construction, Jacques Derrida's theory of deconstruction has undermined such confidence in repetition which was held responsible for dismantling the text and placing the reader in a helpless “state of undecidabtlity”. It is our contention that the brooknerian novel makes such a deconstructive use of repetition, be it on the rhetorical level or in the narrative structure, or through the transtextual echoes or in the metafictional manner in which the text refers to its own mechanism.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (595 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 323 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de La Rochelle. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de La Rochelle. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THE-F 1999 VID
  • Bibliothèque : Université de La Rochelle. Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THE-F 1999 VID
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.