Aspects quantitatifs et qualitatifs de la pluviométrie dans deux enjeux majeurs de la problématique de l'eau à Mayotte : la ressource hydrique, l'assainissemnt pluvial et l'érosion

par Jean Lapègue

Thèse de doctorat en Sciences de la terre et de l'eau

Sous la direction de Jean Coudray.

Soutenue en 1999

à La Réunion .


  • Résumé

    L'archipel de Mayotte, situé au nord du canal de Mozambique, est une collectivité territoriale subissant depuis une dizaine d'années un développement économique et démographique sans précédent. Cette croissance démographique brutale et l'explosion des infrastructures (habitat, axes de communication) nécessitent une gestion adaptée des ressources naturelles, en particulier hydriques, et développent des perturbations dans l'environnement de cette île volcanique très altérisée. Ces deux facteurs, très dépendants d'une démographie difficile à maîtriser, représentent des enjeux économiques majeurs pour le développement harmonieux de l'île et la préservation de son remarquable environnement, atout économique décisif. Le contexte hydroclimatique présente deux spécificités orientant d'elles même l'étude. Il s'agit d'un contexte contrasté et encore mal connu. La ressource pluviométrique, terme largement créditeur du bilan hydrique, est concentrée sur quelques mois de l'année, ce qui engendre le tarissement sensible du système hydrologique de surface et l'existence d'un ruissellement bref mais intense à l'origine d'une érosion mécanique préoccupante. Le terme le plus sensible du bilan hydrique est le flux ruisselé (principale source d'eau de consommation locale). La modélisation des fréquences annuelles en matière d'intensités fines de pluie permet le calcul de débits de pointe ainsi que la détermination des pluies de projet et de la constante de stockage K des bassins versant. Le transfert à l'équation de stockage est alors établi pour chaque bassin. L'incidence des intensités est l'érosion, active sur une île volcanique ancienne (8MA) soumise à une agriculture encore axée en partie sur le brûlis et le surpâturage. L'impact direct est la turbidité des cours d'eau, très corrélée aux intensités pluviométriques. L'autre conséquence est l'envasement du lagon. Diverses relations liant la pluviométrie au flux érodé et ruisselé permettent d'établir des seuils pluviométriques de déclenchement des départs de terre, suivant le couvert végétal considéré, et de mettre en valeur l'efficience de pratiques anti érosives simples.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (376 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie p. 355-362

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de la Réunion (Saint-Denis). Service commun de la documentation. Droit-Lettres-Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de la Réunion (Saint-Denis). Service commun de la documentation. Droit-Lettres-Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 99 LARE 0023
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.