Déterminisme génétique de la résistance du tournesol (Helianthus Annuus L. ) a Phomopsis helianthi (Diaporthe Helianthi Munt-Cvet. Et al. ) et mise au point d'un test de selection in vitro

par Laurence Deglene

Thèse de doctorat en Biologie moléculaire et cellulaire végétale

Sous la direction de Ahmad Sarrafi.

Soutenue en 1999

à Toulouse, INPT .


  • Résumé

    Les objectifs de ce travail sont de contribuer à la connaissance du déterminisme génétique de la résistance à Phompsis/Diaporthe helianthi Munt-Cvet et al. Chez le tournesol et de mettre au point une méthode de sélection alternative aux méthodes classiques. La culture in vitro de cellules et de tissus peut être utilisée comme outil de sélection rapide, simple et fiable. Les techniques in vitro mises en oeuvre dans ce travail sont basées sur la formation de cals et sur la viabilité des protoplastes, en réponse à des filtrats de culture partiellement purifiés de P. Helianthi, utilisés comme agents sélectifs. Le déterminisme génétique de la résistance au phomopsis en conditions de contamination naturelle, de la formation des cals et de la viabilité des protoplastes chez le tournesol, ainsi que la modification de ces deux derniers paramètres par les filtrats du pathogène, ont été étudiés dans un dispositif de plan factoriel. Nos résultats montrent que la résistance des plantes adultes de tournesol au phomopsis en conditions naturelles est controlée essentiellement par des gènes à effets additifs avec cependant des effets de dominance partielle. D'autre part, nous avons établi que la formation de cals est un paramètre à forte variabilité génétique, qui semble controlé principalement par des gènes à effet additifs, bien que les interactions inter-alléliques soient également significatives. L'apport de filtrats de culture à la dose de 5% a globalement entraîné une augmentation de la formation de cals. L'étude du niveau de mortalité des protoplastes après 48 h de culture montre que celle-ci varie en fonction du génotype et augmente significativement en présence du filtrat de culture. Le contrôle génétique de la mortalité des protoplastes, aussi bien sur le milieu témoin que sur le milieu sélectif, est apparu simplement additif. Il ressort également de cette étude que la présence de filtrats du pathogène dans le milieu de culture modifie l'expression des gènes impliqués aussi bien dans la formation des cals que dans la viabilité des protoplastes, ce qui se traduit par des valeurs différentes des aptitudes générales à la combinaison et des aptitudes spécifiques à la combinaison de plusieurs lignées et hybrides, par rapport au milieu témoin.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 149 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 119-133

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure agronomique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1999INPT016A
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.