Similarité et distincitivité en mémoire à court terme verbale

par Joan Shortridge-Baillot

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive

Sous la direction de Serge Carbonnel et de Jean-Luc Roulin.


  • Résumé

    Dans le cadre d'une conception multidéterministe de l'empan verbal, ce travail tente de démontrer que certains facteurs, associés à la mémoire à long terme, permettraient d'expliquer certaines caractéristiques de l'empan difficilement explicables dans le cadre du modèle actuellement admis. Le travail expérimental focalise plus précisémént sur un effet considéré comme caractéristique de la MCT verbale, l'effet de similarité phonologique. Classiquement interprété en termes de la perturbation du processus de répétition subvocale, cet effet est considéré comme preuve d'encodage phonologique à ce niveau. Notre hypothèse alternative propose que cet effet n'est pas nécessairement spécifique à la MCT verbale et indicatif d'un encodage phonologique, mais peut s'expliquer par des effets de similarité et de distinctivité qui ont été observés dans les tâches mnésiques en général. . . Ces travaux étayent l'hypothèse que l'effet de similarité phonologique peut s'expliquer dans le cadre conceptuel plus vaste du rôle de la similarité -distinctivité dans la tâche mnésique et ouvre des possibilités d'un complémént explicatif concernant le fonctionnnement de la MCT verbale.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 206 f.
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p. 189-206

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1999/36
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.