Contribution a la comprehension du phenomene d'irritation chimique pour differentes substances

par JEAN-MARC DESSIRIER

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Bernard Launay.

Soutenue en 1999

à l'ENSIA .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail de these avait pour but d'approfondir les connaissances relatives a certaines proprietes des irritants chimiques et d'avancer plusieurs hypotheses sur les mecanismes neurobiologiques sous-jacents. La capsaicine, principe actif du piment, est connu pour ses proprietes de sensibilisation et de desensibilisation. Ainsi, lors d'applications successives sur la langue, l'intensite de l'irritation induite par une solution de capsaicine augmente (sensibilisation). Puis, a la suite d'une periode de repos de 10-15 min, la sensation induite par une nouvelle application de capsaicine ou d'autres irritants chimiques est largement reduite (desensibilisation propre ou croisee respectivement). Grace a l'utilisation de nouvelles echelles de notation ainsi que d'un test 2-afc effectue entre les deux cotes de la langue, nous avons tout d'abord confirme les proprietes de sensibilisation et de desensibilisation propre de la capsaicine, et documente l'existence de fortes variations interindividuelles pour ces phenomenes. De plus, nous avons montre l'existence d'une desensibilisation croisee de la capsaicine sur la nicotine. Nous avons enfin confirme que l'irritation induite par la nicotine implique un recepteur nicotinique neuronal sensible a la mecamylamine et different du recepteur de la capsaicine. Nous avons ensuite montre que la piperine, principe actif du poivre, consideree comme fonctionnellement tres similaire a la capsaicine, induit, comme elle, une sensibilisation tres variable selon les individus, une desensibilisation propre et une desensibilisation croisee sur la nicotine. Nous avons de plus decouvert que, lors d'applications linguales successives a une minute d'intervalle, comme celles effectuees pour la capsaicine et la piperine, la nicotine produit une desensibilisation propre progressive au lieu d'une sensibilisation et ne semble pas posseder la capacite de desensibilisation croisee sur la capsaicine ou la piperine. Enfin, grace a l'utilisation d'acetazolamide, inhibiteur de l'enzyme anhydrase carbonique, nous avons montre que la sensation de petillant induite par de l'eau carbonatee est en partie une irritation chimique, car resultant de la stimulation de nocicepteurs sensibles a la capsaicine par l'acide carbonique provenant de l'hydration du dioxyde de carbone.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 189 p.
  • Annexes : 232 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AgroParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.