Réactivité lymphocytaire et apoptose dans les modèles de greffes de rein et de moelle osseuse allogéniques humains

par Chafika Hebib

Thèse de doctorat en Médecine. Immunologie

Sous la direction de Anna Senik.

Soutenue en 1999

à Dijon .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les lymphocytes T CD3+ CD57+ sont en expansion chez les greffés de moëlle osseuse ou les transplantés de rein. Nous avons comparé par une analyse quantitative les ARNm et les protéines des cytokines produites par les cellules T CD57+ et CD57- prélevées chez les transplantés rénaux et des donneurs normaux. Après stimulation par PMA+ionomycine, les CD57+ de tous les individus produisent des quantités élevées d'IFN-γ et de TNF-α. Elles produisent également de faibles quantités d'IL-2 comparées à celles des CD57-. Elles sont incapables de produire de l'IL-2 lors d'une stimulation à travers le CD3/TCR en présence de monocytes, mais produisent toujours de l'IFN-γ. Ainsi, les CD57+ peuvent correspondre à des cellules Th1 anergisées. Les lymphocytes Tde 26 receveurs de moëlle osseuse sont prélevés après transplantation et sont testées pour leur susceptibilité à l'apoptose spontannée et l'apoptose induite par anti-Fas in-vitro. Une grande proportion des TCD4+et CD8+isolées au cours de la première année de greffe est apoptotique. Il y a une corrélation significative entre le taux d'apoptose spontanée et le faible niveau d'expression Bcl-2 ex vivo. En revanche, le niveau d'expression de Bax demeure inchangé, provoquant une inversion du rapport Bcl2/Bax. Les CD8+CD45RO+ sont les plus susceptibles à la mort cellulaire. À long terme, l'accumulation des T na¨ves et la normalisation du rapport T naïves/activées coïncident avec l'augmentation du niveaau de Bcl-2, l'atténuation du phénotype apoptotique et l'instauration d'un équilibre homéostatique du système T.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1vol. (163 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie : 464 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 2822
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.