La raison metalinguistique. Contribution au retournement de la philosophie du langage

par Paul Ghils

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Jacques Wunenburger.

Soutenue en 1999

à Dijon .


  • Résumé

    Ce travail est la reprise critique des questions philosophiques posees implicitement ou explicitement par les principales theories linguistiques du xxeme siecle. Sa justification reside dans l'epuisement ou l'abandon du projet de fondation d'une science unifiee du,langage, et l'echec d'une philosophie du langage qui ignorerait la dette contractee a l'egard des sciences du langage. Il contribue a la relance du dialogue entre les deux disciplines par le dessein d'un trajet langagier qui traverse les regions internes et externes du langagier au depart d'enquetes et de questionnements qui, au dela de methodes et de normes qui restent propres aux disciplines considerees, sont analogues. Entre les paradigmes universalisants de la reference au monde objectif ou de la communaute universelle et lerelativisme d'une reterritorialisation du philosophique, l'objectif se definit comme reconstruction d'une configuration philosophique du langage apte a repondre aux sollicitations d'une modernite paradoxale dans sa genese et indeterminee dans son devenir. La demarche dialectique qu'elle suppose se fonde, plus que sur la synthese d'un metaparadigme, sur la rationalite plurielle et paradoxale qui conjoint les representations portees par le langage dans un mouvement de translation qui transforme les sujets de parole autant que les espaces instables de la communication, d'ou ne sont exclues ni la mise en scene politique ni la question ethique. La pensee du langage se veut, a ce titre, pensee d'un modernite dont les acteurs assument l'evaluation de ses enonciations.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 463 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 700 ref.

Où se trouve cette thèse ?